Autre grand gagnant de la grève… les baskets…

Hier je vous disais que le vélo allait profiter de la grève. Aujourd’hui je vous affirme que l’autre gagnant ça pourrait être la chaussure de sport. Pendant longtemps, on ne mettait des tennis que pour jouer au tennis mais depuis les années 80, la chaussure de ville a cédé du terrain face à ce que les Américains appellent les sneakers. On peut depuis longtemps aller au lycée avec des Adidas.

Dans le monde du travail on peut se montrer de moins en moins formel.

A part dans la banque et la politique, dans presque tous les milieux on peut avoir un look décontracté sans avoir l’air négligé. Et en cette période de grève pendant laquelle beaucoup de salariés font des kilomètres à pied, on va voir encore plus de gens avec des baskets aux pieds. Et ils les garderont peut-être même si la grève finit par se terminer.

 

A lire aussi

 

Qu’est-ce qui explique ce boom de la basket ?

Déjà c’est quand même plus confortable qu’une paire en cuir. On a une chaussure souple, légère avec une semelle en caoutchouc qui amortit les chocs. Ensuite, la basket s’est diversifiée et est montée en gamme. Moi je suis de la génération Stan Smith ou Chuck Taylor. Quand j’étais jeune, il n’y avait pas beaucoup de choix. Aujourd’hui il y en a pour tous les goûts, pour tous les looks. Vous savez bien Guillaume qu’il y a même des tennis de luxe, il suffit de regarder ce que vous avez aux pieds. Enfin, l’avantage c’est qu’on peut mettre la marque en très gros dessus. Sur une Weston, le logo reste plus discrèt que sur une Nike ou une Puma. Du coup, ça permet aux géants du sport de faire un marketing beaucoup plus massif et beaucoup plus efficace.

 

Ce marché est en croissance ?

Sur dix ans oui, c’est même un marché qui a progressé de plus de 70% en France. C’est énorme. Aujourd’hui plus d’une paire de chaussures sur deux vendue en France est une paire de baskets. L’an dernier on en a vendu plus de 70 millions en France. Et moins de 30 millions ont servi à faire du sport. La basket a quitté les parquets pour aller dans la rue et sur la moquette des bureaux. La basket est plus qu’une mode. C’est devenu un phénomène de société. L’Air Jordan 1 s’est vendue à plus de 100 millions d’exemplaires. Et la tendance va se poursuivre. Ce n’est pas un hasard si les premiers vendeurs de vêtements en France ce sont Intersport et Décathlon. On veut tous être plus cools, plus jeunes, plus en forme… Et donc on change notre façon de nous habiller et de nous chausser.

 

David Barroux

 

Plus d’articles sur le décryptage économique de David Barroux