Fermeture de Fessenheim : « l’activité économique n’est pas terminée » assure David Cormand

David Cormand était l’invité de Guillaume Durand, ce mardi 30 juin. L’eurodéputé d’Europe Ecologie Les Verts a jugé qu’il y avait « des angles morts » dans le retour qu’Emmanuel Macron a fait à la Convention citoyenne sur le Climat, pointant le rejet d’une taxe sur les dividendes. Il a aussi rejeté l’idée d’une « impréparation » dans le dossier de la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim.

 

David Cormand souhaite une nouvelle approche de la fiscalité écologique

David Cormand a souligné en préambule que le souhait d’Emmanuel Macron de mettre en place la Convention citoyenne sur le climat était guidé par une volonté « de se sortir de la panade », dans la foulée de la crise des Gilets jaunes. Lorsqu’il y a eu des résistances à l’alignement de la fiscalité du diesel sur les autres carburants, rappelle l’eurodéputé, Emmanuel Macron avait promis de reprendre à son compte les propositions de la Convention Citoyenne sur le Climat.

 

A lire aussi

 

Mais selon David Cormand « il y a des angles morts dans le retour qu’il en a fait, et qui sont révélateurs », notamment la fiscalité sur les dividendes, rejetée, tout comme l’idée de modifier le préambule de la Constitution en mentionnant l’environnement . David Cormand plaide pour une nouvelle approche de la fiscalité écologique, en saluant la proposition, « non pas de taxer les citoyens, qui sont obligés de prendre leur voiture pour aller au travail, mais les rentiers du système actuel », celles et ceux qui touchent des dividendes, qu’il distingue des acteurs de la vie économique réelle.

 

Municipales : Lyon, Bordeaux, Strasbourg sont désormais gérées par des écologistes

David Cormand a évoqué l’autre proposition qu’il juge fondamentale, celle de placer l’environnement dans la Constitution: « il ne s’agit pas du tout de mettre les droits de la nature au-dessus des droits de l’Homme » a-t-il affirmé, « c’est comprendre qu’il n’y a pas d’épanouissement humain sans une relation apaisée avec la Nature. Il n’y a pas de notion de hiérarchie. » Quelques jours après le 2ème tour des municipales, marquées par une poussée des Écologistes, désormais à la tête de plusieurs grandes villes (Lyon, Bordeaux, Strasbourg, Grenoble), le mouvement politique va-t-il changer ? C’est ce qu’a assuré chez nos confrères d’Europe 1 Daniel Cohn-Bendit. L’ancien eurodéputé EELV affirme que l’écologie « doit s’intégrer dans l’économie de marché, qui est l’économie de tout le monde en Europe ». Appelé par Guillaume Durand à réagir à ces propos, David Cormand a jugé cette analysée « datée ».

 

A lire aussi

 

 

Il explique que les Écologistes ont accepté depuis longtemps l’idée d’être intégrés à un système économique, mais qu’ils souhaitent un modèle compatible avec le fait que la Terre « reste habitable ». Alors que la centrale nucléaire de Fessenheim vient d’être définitivement fermée après 45 ans d’existence, David Cormand a rappelé qu’elle avait été prévue pour « 40 ans », et rejeté l’idée d’une « impréparation » de l’Etat sur le sujet. « L’activité économique sur Fessenheim n’est pas terminée », a-t-il poursuivi, faisant référence au démantèlement de la centrale, qui doit durer 20 ans.

Béatrice Mouedine

 

Retrouvez les interviews politiques