Note sur le remplacement d’Edouard Philippe : Gilles Le Gendre dénonce « la violation d’une conversation privée »

Gilles Le Gendre, président du groupe La République en marche à l’Assemblée Nationale, était l’invité de la matinale de Guillaume Durand ce mercredi 24 juin. Interrogé sur la note qu’il a adressée à Emmanuel Macron publiée par le site Marianne, dans laquelle il cite Jean-Yves Le Drian ou Bruno Le Maire pour remplacer Edouard Philippe, il dénonce « la violation d’une conversation privée ».

 

Gilles Le Gendre évoque « un échange privé, d’une banalité affligeante »

« Cette note a été sortie par quelqu’un contre vous ? » a demandé Guillaume Durand à Gilles Le Gendre. « Forcément », a répondu le député de Paris et président du groupe LREM à l’Assemblée nationale. Estimant qu’il s’agissait d’un « échange privé, d’une banalité affligeante », Gilles Le Gendre s’est justifié d’avoir écrit cette note en affirmant qu’il est normal qu’un chef du parti majoritaire s’entretienne avec les différents responsables de l’exécutif, et notamment Emmanuel Macron.

 

A lire aussi

 

Gilles Le Gendre a également évoqué la deuxième partie du quinquennat, promettant de redéfinir « assez fortement » les priorités de la majorité, pour répondre à la crise économique et sociale. Pour y arriver, il faut remettre le travail « au centre de tout », a-t-il ajouté, pour que le plus grand nombre de Français, malgré la crise du coronavirus, « puissent travailler, gagner leur vie et faire tourner la machine économique ».

 

L’objectif de la majorité, explique Gilles Le Gendre, est de permettre aux Français de retourner le plus vite possible au travail

Alors qu’Emmanuel Macron reprend aujourd’hui ses discussions sur l’emploi avec les partenaires sociaux, Gilles Le Gendre a plaidé pour « repenser l’ensemble de l’articulation des politiques d’emploi et de chômage » , dans un contexte de crise, avec un PIB qui baisse de 10%. Allonger la durée du travail n’est pas une priorité, selon le président du groupe LREM à l’Assemblée, qui veut d’abord remettre le plus de Français au travail. Il évoque un accompagnement « haute couture » pour l’ensemble des entreprises en s’adaptant à la situation de chacune pour que « la machine redémarre ». Gilles Le Gendre promet que l’exécutif présentera à la rentrée un plan de relance « puissant »  avec des aides économiques, des dispositifs fiscaux et d’accompagnement social dont il n’a pas dévoilé les contours.

 

Ecoutez l’intégralité de l’interview de Gilles Le Gendre.

 

Béatrice Mouedine

 

Retrouvez les interviews politiques