Environnement : faut-il miser sur l’hydrogène ?

Pourquoi l’Europe veut doper notre utilisation de l’hydrogène ? L’Europe cherche à combiner deux choses. La Commission veut à la fois créer un cadre favorable à la croissance économique et de l’autre ne pas contribuer au réchauffement climatique.

 

L’hydrogène est l’élément le plus abondant sur terre

L’Union européenne n’est pas sur la ligne de la décroissance, elle veut créer des richesses et cela passe par de l’activité économique et du coup on le sait bien on va avoir besoin de consommer de l’énergie. Si on ne veut pas que cette énergie débouche sur une hausse de nos émissions de CO2, il faut miser sur de nouvelles formes plus propres et l’hydrogène représente une piste très prometteuse. Quels sont les avantages de l’hydrogène ?

 

A lire aussi

 

Le premier avantage de l’hydrogène c’est que c’est l’élément le plus abondant sur terre. On en a potentiellement plein. Le deuxième avantage de l’hydrogène c’est que sa combustion pour créer de l’électricité n’émet pas de C02. Autre avantage pour produire de l’hydrogène via un procédé qu’on appelle l’électrolyse de l’eau, on peut utiliser des énergies renouvelables ou du nucléaire. Du coup on a un impact carbone très faible.

 

L’hydrogène utilisé dans un cadre industriel est produit à base de gaz ou de pétrole

Le deuxième atout de l’hydrogène c’est que c’est une énergie qui se stocke. On peut faire le plein d’hydrogène comme on fait un plein d’essence. Dans l’idéal on peut se dire que l’hydrogène dit « vert » produit à partir d’énergies renouvelables qui sont intermittentes, qui ne fonctionnent pas tout le temps, permettra de faire des stocks quand il y a du vent ou du soleil et avec ces stocks on fera le plein pour des bus ou des trains par exemple. Ensuite, l’hydrogène sera utilisée pour faire tourner des moteurs électriques de façon propre.Pourquoi est-ce qu’on ne fait pas cela tout de suite ?

A lire aussi

 

Entre une promesse et la réalité il peut se passer des années car il faut surmonter quelques problèmes. Le premier c’est que pour l’instant l’hydrogène qui est surtout utilisé dans un cadre industriel est produit à base de gaz ou de pétrole surtout. Ce n’est pas un hydrogène « vert » mais un « hydrogène gris » dont le bilan carbone global n’est pas bon. Ensuite, quand on saura produire massivement de l’hydrogène propre, il faudra apprendre à le stocker et ça prend beaucoup de place, c’est très inflammable et en plus il faudra investir dans un réseau de distribution. Pour l’essence et l’électricité on a déjà des pompes ou des lignes. On ne part pas de zéro. Au-delà des défis techniques qu’il faut encore surmonter on a pour l’instant un vrai défi économique. L’hydrogène c’est bien mais c’est très cher… Et tant que ça ne sera pas compétitif, cela restera marginal. L’Europe va investir pour accélérer son développement mais cela va encore prendre bien des années.

David Barroux