Covid 19, rachat controversé de Westfield : Christophe Cuvillier est limogé par Unibail

Christophe Cuvillier, le patron du groupe Unibail Rodamco Westfield vient d’être débarqué, et c’est une nouvelle économique importante. On ne connaît pas forcément bien le groupe Unibail qui est pourtant dans notre quotidien.

 

Unibail gère les Quatre Temps, Vélizy 2 et le Forum des Halles

Unibail est ce qu’on appelle une foncière, une société immobilière qui gère des actifs et surtout connue pour les centres commerciaux qu’elle gère partout dans le monde : Les Quatre Temps à la Défense, Parly 2, Vélizy 2, mais aussi le Forum des Halles, le Carrousel du Louvre, Confluence ou la Part-Dieu à Lyon, ainsi que les plus beaux shopping centers de Londres ou les plus beaux malls des Etats-Unis. C’est un groupe gigantesque, qui fait partie du Cac 40 et en général dans cet univers, un patron part à la retraite, prend les rênes d’un autre groupe mais n’est pas débarqué…

A lire aussi

 

On pourrait se dire que le dirigeant du plus gros gestionnaire de centres commerciaux saute à cause de la crise du Covid 19. Parce que c’est vrai, partout dans le monde, les magasins sont fermés et le chiffre d’affaires s’écroule. Les locataires ont du mal à régler leurs loyers et toute l’activité tourne dans le vide ou au ralenti. Mais en fait, c’est plutôt la goutte d’eau qui fait déborder le vase.

 

Christophe Cuvillier avait racheté cash Westfield, un concurrent anglo-saxon

Si Christophe Cuvillier est limogé, c’est surtout parce que des actionnaires minoritaires lui reprochent d’avoir dépensé beaucoup trop d’argent il y a deux ans pour racheter Westfield, un concurrent anglo-saxon. Si tout allait bien, Christophe Cuvillier aurait pu sans doute faire taire la fronde mais comme tout va mal en ce moment, il a manqué de soutien et du coup il a été lâché en Assemblée générale puis par son conseil.

A lire aussi

 

Le groupe a fait une mauvaise acquisition payée cash qui a lourdement endetté Unibail à l’aube d’une crise historique. En plus, les frondeurs qui l’attaquaient n’étaient pas n’importe qui, le patron fondateur du groupe et le prédécesseur de Cuvillier qui l’avait choisi. Il a été abandonné par ceux qui auraient dû être ses alliés et qui avaient comme soutien Xavier Niel, le patron de Free, l’un des hommes les plus riches de France mais aussi un redoutable homme d’affaires.  Les autres patrons peuvent être un peu plus tranquilles, ils ne vont pas tous sauter pour mauvaise performance.

David Barroux