Pourquoi Auchan a vendu sa filiale SunArt à Alibaba pour quitter le marché chinois ?

La Chine représente non seulement un marché en forte croissance, c’est aussi un pays dans lequel Auchan est présent depuis 1998. Le groupe SunArt, dont les hypermarchés étaient le premier actionnaire, est un poids lourd de la grande distribution avec presque 500 magasins. Et certaines années, la Chine a représenté plus de la moitié des bénéfices d’Auchan. Alors pourquoi se séparer d’une telle pépite ?

Alibaba va racheter la filiale d’Auchan SunArt

La première raison, c’est qu’Auchan va mal sur son marché domestique. Auchan a besoin d’argent pour réinvestir dans ses magasins français, le groupe a besoin de focaliser son attention sur sa base arrière et il ne peut plus trop tôt se disperser. Il va obtenir 3 milliards d’euros en cédant le solde de sa participation. La deuxième raison, c’est que le marché chinois est en plein bouleversement. C’est un marché qui se digitalise très vite.

 

A lire aussi

 

Les livraisons à domicile, l’ecommerce s’imposent. Il faut donc investir beaucoup pour rester dans la course et il faut des alliés dans le digital qui sont capables d’assurer sur le front de la logistique. Du coup ce n’est pas une surprise que ce soit le géant du ecommerce Alibaba qui prenne le contrôle de Auchan en Chine. Lui va pouvoir faire jouer les synergies entre le commerce physique et le digital.

 

Carrefour mais aussi l’anglais Tesco ou l’américain Walmart ont échoué en Chine

Est-ce que cela veut dire que les distributeurs français ne peuvent plus avoir d’ambitions internationales ? Dans les années 90, les rois de l’hyper français étaient si riches qu’ils sont tous partis à l’assaut du monde. La leçon c’est que c’est dur de réussir loin de chez soi dans le commerce du quotidien.

A lire aussi

 

Carrefour mais aussi l’anglais Tesco ou l’américain Walmart ont échoué en Chine. La grande distribution reste avant tout un marché local car la demande est moins mondialisée que dans le textile ou l’électronique. On peut réussir dans quelques pays si on devient très fort. Mais à part Amazon, qui aura peut-être un jour la taille critique, c’est pratiquement impossible de réussir partout. Casino et Carrefour restent forts au Brésil. Auchan est en Russie et en Espagne. Mais finalement les hypermarchés s’exportent mal. La priorité c’est de réussir à la maison.

David Barroux