Faut-il soutenir le Diesel ? La question divise Barbara Pompili et Agnès Pannier-Runacher

En cette période de crise du coronavirus, faut-il soutenir l’économie en aidant les Français qui achètent n’importe quelle voiture… y compris les Diesel ? Le Diesel, c’est le grand ennemi des écologistes et un véritable chiffon rouge.

 

Barbara Pompili défend l’écologie à long terme, Agnès Pannier-Runacher l’économie d’aujourd’hui

Barbara Pompili, la ministre de la Transition Ecologique a annoncé en début de semaine qu’à partir de janvier prochain, il n’y aurait plus de prime à la casse pour les ménages qui jettent une vieille voiture pour acheter un modèle Diesel. Les primes seront réservés aux véhicules électriques, aux hybrides neufs ou d’occasion et aux modèle essence, récents.

 

A lire aussi

 

Mais Agnès Pannier-Runacher, la ministre de l’Industrie a repris la parole depuis pour dire que ce n’était pas totalement tranché et qu’il fallait trouver un moyen de soutenir le Diesel. Comment expliquer ce bras-de-fer entre ministre ? Barbara Pompili défend la planète et l’écologie à long terme. Agnès Pannier-Runacher défend l’économie et le pouvoir d’achat des Français aujourd’hui.

 

« Défendre le Diesel c’est donc une manière de défendre l’emploi et notre porte-monnaie »

Sur un plan écologique c’est sûr qu’il vaudrait mieux qu’on ne se déplace pas et si on déplace qu’on roule en électrique… en espérant qu’on rechargera les batteries avec de l’électricité qui ne sera pas produite par du charbon. Mais sur un plan industriel, le Diesel fait travailler 35.000 personnes en France. Il y a beaucoup de Diesel d’occasion et comme c’est une motorisation qui n’a plus tellement la cote, les prix sont plus bas. Défendre le Diesel c’est donc une manière de défendre l’emploi et notre porte-monnaie. Il faut être pragmatique. On est dans une période de crise, il faut en tenir compte.

 

A lire aussi

 

Les ventes de Diesel reculent déjà naturellement, ce n’est pas la peine d’achever cette filière en ce moment. Ensuite, le Diesel émet des particules fines que l’on filtre de mieux en mieux mais émet moins de CO2 que les moteurs essence. Pour le réchauffement climatique, ce n’est pas neutre. En plus on parle là d’aides financières limitées. Autour de 1 à 2.000 euros et sous condition de ressources, donc ça ne va pas concerner des millions de personnes. Et puis surtout, il faut se dire que si un ménage décide d’acheter un Diesel récent en mettant à la casse un vieux Diesel, ça sera bon pour la planète. Ca ne sera pas parfait mais ça sera mieux.

David Barroux