Chômage partiel : 100 000 salariés de la grande distribution sont concernés

La grande distribution vient de mettre plus de 100 000 salariés au chômage partiel, alors qu’on entend surtout râler les petits commerçants qui sont fermés. Mais ce reconfinement fait aussi très mal aux hypermarchés et aux supermarchés.

 

Chez Carrefour, Auchan, Casino, l’activité s’est aussi réduite pour les caissières

Les hypermarchés et supermarchés sont encore ouverts, mais ils ont dû fermer pour des raisons administratives une bonne partie de leurs rayons dit non-essentiels. Et la vente de textile, de livres, de petit bricolage ou de jouets, c’est un gros quart ou un petit-tiers du chiffre d’affaires des hypers. Encore plus en cette période de fin d’année pendant laquelle les ventes de jouets sont importantes. Et dans des métiers à marge faible comme la distribution, quand vous perdez plus d’un quart de votre chiffre d’affaires, vous vous retrouvez en grande difficulté et donc vous mettez des salariés en chômage partiel.

 

A lire aussi

 

Les premiers salariés touchés sont ceux qui en magasin ou dans les entrepôts travaillent sur les lignes de produits dont les ventes sont interdites aujourd’hui. Mais chez Carrefour, Auchan, Casino ou d’autres, l’activité s’est aussi réduite pour les caissières et l’ensemble du personnel parce qu’au-delà de la perte de chiffre d’affaires liée aux interdictions vous avez aussi une chute du nombre de clients en magasin. Les gens font en général l’effort d’aller dans un hyper qui est plus loin parce que l’offre est moins chère mais aussi plus riche. Si la diversité de l’offre est réduite à cause des rayons fermées, le trafic recule. Et aujourd’hui, on parle d’une chute de 30% du nombre de visiteurs. C’est énorme. Ca n’a plus rien à voir avec le premier confinement.

 

Auchan affiche des pertes massives depuis 2 ans

Ce recours au chômage partiel est aussi une façon pour les distributeurs de mettre la pression sur le gouvernement, mais il faut reconnaître que le modèle de l’hypermarché était déjà en crise avant le Covid. Ce segment n’est pas en croissance parce que le Drive a pris des parts de marché, parce que le Ecommerce a concurrencé les rayons non-alimentaires.

A lire aussi

 

Auchan affiche des pertes massives depuis deux ans. Casino est très endetté. Carrefour se redresse lentement. Ce sont des groupes fragiles et donc ce n’est pas surprenant qu’ils utilisent le mécanisme de chômage partiel qui leur permet de faire des économies. Et comme ce sont des groupes avec des centaines de milliers de salariés, le chômage partiel prend très vite chez eux des proportions impressionnantes.

David Barroux