Covid 19 : Les singes affamés en Thaïlande apaisés par Beethoven grâce au pianiste Paul Barton !

Paul Barton, un pianiste britannique joue depuis 10 ans pour soulager les souffrances des éléphants maltraités en Thaïlande. En novembre il a décidé de venir soutenir en musique des singes affamés à cause de la crise sanitaire du coronavirus qui les prive de la nourriture que leur donnaient les touristes.

 

Paul Barton donne des cours de piano sur YouTube

Les vidéos de Paul Barton, pianiste britannique de 59 ans qui a étudié à la London’s Royal Academy of Arts, ont été vues de centaines de milliers de fois. Ses cours de piano en ligne sur YouTube mais surtout les vidéos qui le montrent en train de jouer du piano pour soulager des dizaines d’éléphants maltraités (80% des 3000 éléphants « domestiques » de la région seraient concernés) et recueillis dans un parc de la province de Kanchanaburi, dans l’ouest de la Thaïlande où vit Paul Barton.

A lire aussi

 

Le pianiste s’y rend régulièrement, installe son piano et leur joue des airs apaisants, Beethoven, Bach, Schubert ou Chopin. Une thérapie qui, selon lui « réhabilite la santé physique des éléphants et leur âme ».

La Lettre à Elise de Beethoven calme les singes 

Cet automne, Paul Barton a été alerté sur le sort que subissent les macaques qui abondent en Thaïlande, pour le plus grand bonheur des touristes. Malheureusement, la crise sanitaire liée au coronavirus a contraint les autorités thaïlandaise à limiter considérablement l’accueil de touristes ce qui pour conséquence, notamment, de priver les macaques d’une partie de la nourriture que leur distribuaient ces touristes. Des singes affamés devenus très agressifs auxquels s’est donc intéressé Paul Barton qui a décidé de soulager leur traumatisme par la musique.

 

A lire aussi

 

Depuis un mois le pianiste s’est ainsi rendu dans 3 lieux qui accueillent des milliers de macaques à Lopburi au nord de Bangkok, un ancien temple hindou, une quincaillerie et un cinéma abandonné. Filmé par sa petite fille de 6 ans, Paul Barton, a donné plusieurs récitals à ce public peu discipliné mais qui semble avoir apprécié La lettre à Elise de Beethoven, la chanson traditionnelle Greensleeves ou des airs du compositeur anglais Michael Nyman (La Leçon de piano). Au cours de ces représentations, le pianiste a remarqué que les singes étaient beaucoup moins agressifs, moins craintifs et plus réceptifs dès qu’il commençait à jouer et réagissaient positivement au son du piano. «J’ai été surpris de constater qu’ils s’intéressaient réellement à la musique pendant que je la jouais. Il est tout à fait possible que la musique joue un rôle dans le processus de rééducation » a-t-il déclaré à l’agence Reuters.

Philippe Gault

 

Retrouvez l’actualité du Classique