Coronavirus : Les Ballets de Monte-Carlo, du Rhin et du Capitole prêts à reprendre leur activité

L’ensemble des danseurs et du personnel des Ballets de Monte-Carlo a effectué des tests sérologiques de dépistage du coronavirus en vue d’une reprise d’activité d’ici la fin du mois de mai. D’autres compagnies, en France s’apprêtent à faire de même.

 

Les Ballets de Monte-Carlo, une des premières compagnies en Europe à commencer à se préparer à un retour

Le dépistage, effectué ce mercredi par La Croix Rouge Monégasque, va « permettre de remettre en place, dans les meilleures conditions possibles, une activité artistique au sein de la structure et ainsi permettre aux danseurs de la compagnie, de reprendre en toute sécurité, un entraînement progressif et régulier », indique un communiqué. « Cette reprise sera surveillée de près par nos équipes de santé, afin d’éviter toutes blessures dues à une activité réduite et prolongée lors du confinement », a précisé la compagnie qui compte une cinquantaine de danseurs et est dirigée depuis 1992 par le chorégraphe Jean-Christophe Maillot.

 

 

Les blessures sont parmi les risques auxquels font face les danseurs de ballet, habitués à un entraînement quotidien rigoureux et qui doivent se limiter à des exercices dans leurs appartements. La compagnie de danse basée à Monaco, où le déconfinement a commencé le 4 mai (il n’y a eu qu’une centaine de cas positifs au coronavirus en Principauté, dont le Prince Albert et le ministre d’État, et 4 morts, ndlr), est l’une des premières en Europe à commencer à se préparer à un retour après un peu moins de deux mois de confinement.

 

Le Ballet du Rhin espère reprendre le 18 mai

En France, une poignée de compagnies prévoit une reprise graduelle en respectant les mesures sanitaires strictes. Le Ballet du Rhin, basé à Mulhouse, mène par exemple cette semaine 2 jours tests en vue d’un retour à la barre lundi 18 mai.

A lire aussi

 

À Toulouse, le Ballet du Capitole avance une date de reprise au 26  mai.  » On est en train de mettre en place pour qu’on ait le gel, des masques; il y aura des rotations de cours dans des espaces aérés, rien au sol et on désinfectera toute la journée, sans arrêt« , a précisé Kader Belarbi, le directeur de la compagnie toulousaine. À l’Opéra de Paris, un retour devrait probablement se faire attendre en raison du grand nombre de danseurs (154), la compagnie de ballet étant parmi l’une des plus grandes au monde.

Philippe Gault (Avec AFP)

 

Retrouvez l’actualité du Classique