Cartel du jambon : 12 industriels dont Fleury Michon, Monique Ranou, et Cooperl condamnés

12 industriels de la charcuterie étaient accusés de s’être entendus sur les prix, et ils vont devoir payer une amende presque aussi salée que leurs produits : 93 millions d’euros. Parmi eux, la coopérative Cooperl, le leader français. Il transforme près de six millions de porcs par an et il écope d’une amende de 35 millions d’euros, presque la moitié à lui tout seul.

 

Monique Ranou, qui appartient au distributeur Les Mousquetaires, devra verser 32 millions d’euros

Fleury Michon devra payer une amende de près de 15 millions, alors que la marque Monique Ranou, qui appartient au distributeur Les Mousquetaires est condamnée à verser 32 millions. A eux trois, ils vont payer près de 90 % de la sanction. L’autorité de la concurrence estime d’abord qu’ils se sont entendus en douce entre 2010 et 2013 pour acheter moins cher des pièces de jambon auprès des abatteurs de porc.

 

A lire aussi

 

Chaque semaine, ils se téléphonaient pour se tenir au courant des négociations en temps réel et de la nature des contrats signés. Cela leur permettait de mieux maîtriser la hausse des tarifs auprès des éleveurs. Et ce n’est pas tout, certains d’entre eux se sont aussi entendus sur le dos de la distribution lors de rendez-vous dans des hôtels à Paris ou à Lyon. L’entente portait sur les marques distributeurs ou premiers prix, autrement dit sur les produits les moins chers et sans doute les moins margés.

 

15 millions d’euros d’amende pour Fleury Michon représentent 2% de son chiffre d’affaires annuel

Ce qu’il faut voir aussi c’est que cette entente a pris fin un an avant la crise de surproduction qui allait toucher le secteur porcin en Europe et qui allait fragiliser de nombreux éleveurs. 93 millions d’euros, on est loin du montant des amendes payés par Google en Europe… mais pour la France et pour de l’alimentaire, l’autorité de la concurrence n’a pas été tendre avec les industriels de la charcuterie. L’amende est supérieure à celle payée par le cartel de la compote il y a quelques mois, près de 60 millions d’euros, ou celui du poulet il y a 5 ans pour 15 millions d’euros.

 

 

A lire aussi

 

 

Le record de ces dernières années était le cartel de la farine en 2012 avec une amende de 242 millions d’euros pour une entente qui durait depuis 1965 ! Les sommes sont importantes pour des contrevenants qui ne sont pas des multinationales. Pour Fleury Michon, ces 15 millions représentent 2 % de son chiffre d’affaires annuel, mais c’est aussi équivalent à l’ensemble de son bénéfice réalisé en 2018.

 

Pierrick Fay