Atteint de Parkinson, Neil Diamond enregistre ses grands succès avec le London Symphony Orchestra

Wikimedia Commons Eva Rinaldi

Neil Diamond a réenregistré avec le London Symphony Orchestra 14 de ses plus grand tubes. Ce nouvel album de cet auteur, compositeur et interprète de nombreux succès de la variété américaine est le premier réalisé par Neil Diamond depuis qu’il a annoncé sa retraite en 2018, après avoir révélé être atteint de la maladie de Parkinson.

 

Neil Diamond s’est inspiré d’un concerto de Mozart 

Avec plus de 125 millions d’albums vendus en 55 ans de carrière, Neil Diamond est un des chanteurs américains de variété et de folk-song les plus réputés. Auteur, compositeur, interprète, il n’a jamais caché son admiration pour les grands compositeurs classiques déclarant même « J’ai fini par admettre que je ne serai jamais Beethoven » et a révélé que son tube « Song sung blue » a été inspiré par le 2mouvement du célèbre Concerto pour piano n°21 de Wolfgang Amadeus Mozart.

A lire aussi

 

Il était donc logique que Neil Diamond s’associe un jour avec une grande formation classique, ce que le chanteur américain a fait avec le London Symphony Orchestra et ses chœurs avec lesquels il a enregistré, dans les prestigieux studios londoniens Abbey Road, une quinzaine de ses grands succès. Dans cet album, « Classic Diamonds » (chez Capitol records) qui sortira le 20 novembre, on retrouve, outre « Song sung blue », d’immenses tubes comme « Beautiful noise », « I’m a believer » et surtout « Sweet Caroline », une chanson qui est devenue un véritable hymne sportif dans le monde entier.

 

Une version de « Sweet Caroline » pour respecter les gestes barrières

Ainsi, lors de chaque match de l’équipe de base ball des Red Sox de Boston les supporters entonnent le refrain de « Sweet Caroline » au milieu de la 8manche. Les boxeurs poids lourds anglais Tyson Fury et Anthony Joshua montent sur le ring sur les notes de la chanson de Neil Diamond qu’on entend également dans des dizaines de stades et de salles de sport de pays anglo-saxons. Vendu à près de 2 millions d’exemplaire depuis sa création en 1968, le succès du chanteur américain lui a été inspiré par son épouse Marcia mais, comme il avait besoin d’un mot en 3 syllabes, Neil Diamond choisit à l’époque le prénom, Caroline, de la fille du président John Fitzgerald Kennedy et c’est sa reprise par Elvis Presley, entre 1969 et 1971, qui va considérablement contribuer à la populariser. En France, Eddy Mitchell l’adapta sous le titre « Miss Caroline ».

A lire aussi

 

Cette année, le tube a de nouveau « fait le buzz » sur les réseaux sociaux quand Neil Diamond, alors qu’il était confiné en raison de la pandémie de coronavirus, l’a réenregistré en y incluant des paroles de prévention pour inciter à respecter les gestes barrières (« Lavez-vous les mains, tendez les bras, mais ne me touchez pas, je ne vous toucherai pas »). Atteint de la maladie de Parkinson depuis 2018, Neil Diamond (79 ans) a été obligé d’arrêter les tournées mais garde l’espoir de remonter prochainement sur scène. Récemment il a déclaré : « Je m’ennuie un peu, alors je pense que je vais devoir sortir et refaire des concerts. La musique est ma passion ».

Philippe Gault

 

Retrouvez l’actualité du Classique