Formule 1 : Pourquoi la France n’accueillera pas de Grand Prix l’an prochain

La France n’accueillera pas le Grand Prix en 2023. La déception est grande alors que la Formule 1 se cherche de nouveaux pays partenaires plus profitables et plus accueillants.

La France ne peut pas répondre aux mêmes standards financiers que ses concurrents

C’est un coup de massue pour le secteur. Après l’Allemagne qui n’a plus de Grand Prix depuis 2019, c’est au tour de la France d’être mise au placard pour au moins un an, après 62 éditions de la célèbre compétition. Cette nouvelle était redoutée du côté du Castellet, dans le Var, où se déroule l’épreuve depuis 2018 . La France fait les frais des envies de mondialisation de la Formule 1, qui recherche des contrats plus garnis. L’Hexagone ne peut pas répondre aux mêmes standards financiers que l’Arabie Saoudite ou Miami, faute d’investissements publics et privés suffisants. « Le Grand Prix français rapportait aux organisateurs une quinzaine de millions d’euros », précise Vincent Chaudel, co-fondateur de l’observatoire du Sport Business. « Mais dans les pays du Golfe, c’est quatre à cinq fois plus, » poursuit-il.

A lire aussi

 

Une édition du Grand Prix générait 78 millions d’euros de retombées économiques pour le territoire du Castellet

Certains endroits sont aussi plus attractifs en termes de sponsors, remarque le spécialiste, comme les Etats-Unis où la discipline devient à la mode : « il y a une centaine d’acteurs sur le marché américain, contre une dizaine sur le marché français ». Autre point noir selon Vincent Chaudel : l’image écornée de la Formule 1 en France, où on la considère comme un sport de riches très polluant. Cette éviction n’est pas définitive et le Grand Prix de France pourrait faire partie du calendrier en 2024 ou 2025. En attendant, c’est une mauvaise nouvelle pour le Castellet : une édition du Grand Prix générait 78 millions d’euros de retombées économiques sur le territoire.

Emilie Valès

Ecoutez le reportage d’Emilie Valès à partir de 06:50

Retrouvez toute l’actualité Economie