Trump endetté avant son départ de la Maison Blanche, comment réagissent ses créanciers ?

Donald Trump est rattrapé par ses créanciers, c’est la Une de Libération. L’approche de son départ de la Maison Blanche, ses créanciers lui réclament leur dû.

La Deutsche Bank, fidèle à Trump depuis plus de 20 ans, ne veut plus être en affaire avec lui

Après les émeutes du Capitole, la mairie de New York a annoncé vouloir rompre ses contrat avec la Trump organization. Cela représente quelques millions de dollars, c’est symbolique mais ça annonce peut-être les difficultés du président sortant. Ses hôtels sont désertés, explique Libération, et ses golfs sont déficitaires. La société qui fait la promotion du Washington Trump Hotel a rompu son contrat la semaine dernière, comme le mégacourtier d’assurance AON. La Deustche bank fidèle à Trump depuis plus de 20 ans, vient d’annoncer ne plus vouloir être en affaire avec lui.

 

A lire aussi

 

La dette de Donald Trump s’élève à plus d’1 milliard de dollars

Mais Trump est riche, poursuit Libération : il détient plus de 3 milliards d’actifs des hôtels, des golfs, des steaks, des cravates , des vitamines, des kits d’analyse d’urine à domicile et même des slips. Mais sa dette s’élève à plus d’un milliard de dollars dont 900 millions arrivent à échéance dans les ans. Il va falloir que Trump réinvente sa marque et lui fasse cracher du cash. Alors certes, le président sortant est dans une situation délicate mais il vient de mobiliser 70 millions d’électeurs, autant d’acheteur potentiels face à des créanciers désormais frileux. Toute la question est de savoir s’il viendront secourir le président redevenu homme d’affaires.

David Abiker

 

Retrouvez l’actualité du Classique