Vote sanction contre Macron, scrutin européen, l’avenir de la voiture : Michel Grossiord vous en parle dans sa Revue de Presse

Chaque matin, Michel Grossiord décrypte l’actualité et vous partage sa Revue de Presse

La revue de presse… Madame Irma !

La montée du vote sanction contre Emmanuel Macron… va s’amplifier d’ici au 26 mai.
Madame Irma, c’est le sondeur Jean-Daniel Lévy dans L’Opinion (manchette : Macron face à la montée du vote sanction)
Tous les sondeurs constatent que le duel que tente de rééditer le Chef de l’Etat avec Marine Le Pen profite pour l’instant à l’extrême-droite, qui devient le vote utile des anti-Macron… Les Echos notent aussi que l’entrée en campagne d’Emmanuel Macron peine à créer une dynamique (il a soudé… l’électorat du RN, et moins réveillé le sien)
Grande question : est-ce que l’épouvantail du Rassemblement national remplira une nouvelle fois son office, dans un scrutin bien moins crucial, aux yeux des Français, que la présidentielle ? Gros doute…
(Question subsidiaire, posée par L’Opinion et Les Echos : pourquoi la baisse du chômage à un niveau jamais atteint depuis 30 ans est accueillie dans une indifférence quasi générale ? C’est que le pouvoir d’achat l’a détrôné dans les préoccupations des Français. Les électeurs français, des cohortes de désabusés, relève aussi Le Monde)

Du coup, à 10 jours du scrutin européen, on se mobilise au gouvernement…

Et gare aux velléitaires… Les participations des ministres aux meetings sont consignées à Matignon sur des tableaux Excel, nous apprend Le Parisien.
Est-ce un atout dans la manche de l’exécutif ? Ségolène Royal pourrait voter Macron (avec dans sa tête -à elle-, un marchandage : un poste dans les instances européennes…)
Parlons du Parlement européen, que la dauphine d’Angela Merkel veut voit déménager définitivement de Strasbourg (la présidente de la CDU le réaffirme dans Le Figaro).
Chaque déménagement entre Strasbourg et Bruxelles coûte 260.000 euros, juste pour le transport par camion des dossiers ! Chiffre du Monde qui titre sur « les dérives budgétaires du Parlement européen »…
La démocratie a un prix, mais il est abusif. En Europe de l’Est, certains élus sont parfois à la tête de véritables PME, employant plus de 10 assistants locaux dans leur pays… Un député européen dispose de près de 25.000 euros par mois pour employer des assistants parlementaires (deux fois et demie l’enveloppe d’un député de l’Assemblée nationale)…

L’Europe : un coût, mais aussi « un acte de résistance »…

François Bayrou résume ainsi l’enjeu dans Le Figaro : l’Europe doit-être une résistance face aux puissances immenses qui veulent la soumettre voire la faire disparaître (Trump, Poutine, la Chine et les extrémistes de chacun de nos pays…)
A propos des ces derniers, déjà au pouvoir « de Rome à Budapest », cette charge de Bruno Frappat dans La Croix. « Où sont les fiers-à-bras, les populistes musclés qui prétendent protéger l’Europe mieux que nous ? Où sont leurs soutiens logistiques, leurs divisions, leurs hélicos, leurs drones et leurs valeureux combattants ? »
Bruno Frappat aimerait autre chose d’eux que du soutien verbal quand nos soldats se font tuer au Sahel (17 morts depuis les débuts de l’opération Barkhane !), pour lutter contre les fous d’Allah qui veulent abattre notre civilisation…

Nous le disions, nous sommes à 10 jours de l’élection européenne… Une décision d’Edouard Philippe ne passe pas inaperçue…

Reculade, volte-face, machine arrière, demi-tour, coup de frein… ou plutôt coup d’accélérateur. Nombreuses manchettes sur la vitesse à la carte : 80, 90…
Le souci de sécurité… électorale l’a emporté, soulignent Les DNA.
Le premier ministre refile le bébé aux départements, observe Le Journal de la Haute-Marne : le Rhône restera sur les 90 (Le Progrès), la Charente est pressée de repasser à 80 (La Charente libre)…
Le Parisien exprime son sentiment de gâchis…

La « bagnole » est un sujet éruptif (on l’a vu avec les gilets jaunes, la limitation de vitesse, les radars, le prix de l’essence…)
Elle occupe une place essentielle… Sauf évidemment si on habite au centre d’une grande ville… Là, on perçoit chez ceux qui ont fait le deuil de la voiture une forme d’animosité envers la bagnole.
Mais partout ailleurs, la voiture reste un objet passionnel. On ne peut pas y toucher…
Difficile désintoxication…
Belle analyse du Monde sur la voiture et les mythes qu’elle véhicule.
Même si elle pollue, la voiture a encore de beaux jours devant elle, selon les spécialistes interrogée… Elle donne à chacun, littéralement, la possibilité de ‘conduire’ sa vie… D’ailleurs, le nombre de kilomètres parcourus en moyenne par véhicule ne cesse d’augmenter, le nombre de voitures neuves vendues également… et elles sont de moins en moins remplies : 1 passager virgule 6 par voiture !

Michel Grossiord

 

Plus de Revue de Presse de Michel Grossiord