Vivendi : Pourquoi Universal Music sera introduit en Bourse ?

Coolcaesar/wikimedia commons

Universal Music vaut beaucoup d’argent. C’est la première des maisons de disques de la planète. Elle a des artistes comme Lady Gaga, les rois du Rap mondial, mais aussi les Rolling Stones ou le catalogue de Bob Dylan. Et en France, aucune maison de disques n’a raflé plus de récompenses lors des Victoires de la Musique vendredi.

Vivendi qui contrôle Universal Music a déjà vendu 20% du capital au chinois Tencent

Universal Music est aussi incontournable dans le classique, avec Deutsche Grammophon. Pendant longtemps, la musique était piratée et on pensait que ça ne valait plus rien. Mais aujourd’hui il y a des millions d’abonnés dans le monde à Spotify, Deezer, Apple Music. Même en Chine où on ne payait pas la musique, on commence à être facturé. Du coup cela génère des royalties sur des revenus d’abonnements. C’est devenu un business très rentable, prévisible et en croissance.

A lire aussi

 

Vivendi qui contrôle Universal Music a déjà vendu 20% du capital au chinois Tencent qui contrôle WeChat sur une base de valorisation de 30 milliards d’euros. L’introduction en Bourse qui va intervenir d’ici la fin de l’année sera une opération à 30 milliards au minimum donc. C’est énorme. L’an dernier, toutes les introductions en Bourse en Europe n’ont même pas permis de lever 20 milliards. C’est donc une opération majeure pour Vivendi mais aussi pour les marchés financiers.

 

Europe 1, RTL et M6, Hachette pourraient être rachetés par Vivendi

Si Vivendi donne son indépendance à cette société, c’est que cette activité n’est plus stratégique pour Vivendi. La maison-mère de Canal + et d’Havas veut se développer dans la télé payante, dans la publicité, la communication, l’édition. Et le groupe veut être fort en Europe et en Afrique, pas chez les Américains qui sont trop riches. Pour accélérer sa croissance, le groupe dirigé par Vincent Bolloré a besoin de mener des opérations de croissance externe.

 

A lire aussi

 

En vendant des parts dans Universal et en l’introduisant en Bourse, le groupe ramasse du cash et accroît sa puissance de feu. Il va pouvoir racheter des actifs. On parle d’Europe 1 ou de RTL et M6, d’Hachette, du numéro un de la télé par satellite en Afrique anglophone, mais aussi de télé payante en Europe du Nord, d’actifs en Italie ou en Espagne ou de catalogues de droits audiovisuels à Hollywood. Quand on a des milliards en poche, on peut tout se payer. Et demain Vivendi sera très riche à un moment ou en raison de la crise du coronavirus il y a plein d’actifs peu coûteux à acheter.

David Barroux