Pourquoi Total va changer de nom

Schreibschaf/wikimedia commons

Si les actionnaires de Total l’acceptent, lors de l’assemblée générale du groupe fin mai, Total ne sera plus Total mais deviendra TotalEnergies. Si le groupe change de nom c’est pour des raisons d’image, c’est pour attirer le regard des marchés financiers, mais c’est aussi parce que son activité est en train de changer.

Pétrole : Total veut devenir un groupe multi-énergies

Depuis 1954, l’ex Compagnie Française des Pétroles est connue sous le nom de Total et aux yeux de tout le monde, le groupe de la Défense qui a racheté Elf est ce qu’on appelle un pétrolier en France, ou une major dans le reste du monde. C’est un géant de l’or noir. Mais ça c’est bien plus le Total d’aujourd’hui que le Total de demain.

A lire aussi

 

Total est confronté au même problème que tout le monde. On vit à l’heure du réchauffement climatique, on sait que si on veut continuer de croître il va falloir que l’on trouve une forme de croissance plus sobre et qu’on réduise en particulier la part du pétrole dans notre mix énergétique. Ca tombe bien car en plus on risque un jour de manquer de pétrole. Pour Total, l’avenir c’est de devenir un groupe multi-énergies.

 

Total mise sur 50% du chiffre d’affaires dans le gaz et 15% dans l’électricité d’origine renouvelable en 2030

L’ambition de Total est de grossir en particulier dans le gaz – que les écolos n’aiment pas beaucoup plus que le pétrole – et dans les énergies renouvelables – que les écolos aiment beaucoup si les éoliennes et les parcs solaires ne sont pas dans leur jardin. TotalEnergies fera encore du pétrole mais l’ambition c’est qu’en 2030, 50% du chiffre d’affaires se fasse dans le gaz et 15% dans l’électricité d’origine renouvelable. Le pétrole restera quand même présent mais sera minoritaire.

 

A lire aussi

 

TotalEnergies peut réussir son pari, car le groupe ne va pas arrêter d’investir dans le pétrole, il va juste davantage diversifier ses investissements. Et la bonne nouvelle c’est qu’on a un acteur très riche, capable d’investir massivement, qui va accélérer dans des solutions moins émettrices de CO2. Total est aussi un spécialiste des grands projets industriels complexes, avec des plateformes pétrolières en mer ou des raffineries. Il est donc très bien placé pour gérer des mégaprojets dans le renouvelable. Et si on veut accélérer sur ce front, il faut que l’on change de braquet. Et un géant comme Total a les compétences et les moyens. Il a maintenant la vision symbolisée par un nouveau nom qui dit que Total c’est du pétrole… mais pas seulement.

David Barroux