Réchauffement climatique : l’Arctique devient le terrain de jeu des superpuissances dans la course au pétrole

L’Arctique est une des régions les plus fragilisées par le réchauffement climatique mais est aussi l’objet de toutes les convoitises. France 5 diffuse ce soir à 20h50 le documentaire « Arctique la guerre du Pôle » qui raconte comment le Pôle Nord est devenu une arène où s’affrontent les superpuissances que sont la Chine, les Etats-Unis et la Russie.

L’Arctique possède 30% du gaz mondial et 13% de pétrole, soit 1,8 fois l’Arabie Saoudite

L’Arctique est d’abord une région qui se réchauffe 2 à 3 fois plus vite que le reste du monde. La banquise arctique en période estivale a fondu de 40% en 40 ans. Agnès Hubschman, réalisatrice du documentaire « Arctique la guerre du Pôle » nous explique ce qui l’a choquée dans cette région : « j’ai été surprise d’un côté par cette catastrophe écologique en cours phénoménale et de l’autre côté par les 3 grandes puissances intéressées sur des plans économiques et militaires ».

A lire aussi

 

Les 3 grandes puissances, c’est-à-dire la Chine, les Etats-Unis et la Russie s’affrontent sur ce territoire qui, en se réchauffant, dévoile peu à peu ses trésors et notamment les ressources pétrolières et gazières présentes dans le sous-sol polaire. D’après le documentaire « 30% du gaz mondial 13% du pétrole seraient dans cette région polaire, ce qui représente jusqu’à 412 milliards de barils, soit environ 1,8 fois l’Arabie Saoudite ».

 

La Chine a passé un contrat de 370 milliards de dollars avec la Russie pour du gaz arctique

La Norvège, la Russie et les Etats-Unis via l’Alaska sont les pays qui possèdent ces ressources. Mais ce ne sont pas les seuls intéressés précise Agnès Hubschmann : « ça a généré beaucoup d’appétit de la part des pays qui possèdent ces régions et qui jusque-là ne les exploitait pas. Mais des pays qui ne sont pas forcément des pays arctique veulent aussi profiter de ces trésors et de ces nouvelles ressources. La Chine par exemple essaye absolument d’y mettre un pied pour bénéficier des ressources ».

A lire aussi

 

La Chine est devenue ces dernières années le premier investisseur étranger en Arctique. Le pays a notamment passé un contrat avec la Russie de 370 milliards de dollars pour du gaz arctique. Pékin a massivement investi aux côtés de Moscou dans un gigantesque projet gazier, Yamal LNG. Ce premier grand projet de gaz naturel liquéfié dans l’arctique Russe a été inauguré en 2017. L’autre enjeu majeur de la région, c’est les routes du Nord. Dans 30 ans l’arctique pourrait être libre de glace l’été, ce qui ouvre une nouvelle route commerciale pour le trafic maritime. « Pour Pékin, le raccourci par la nouvelle route maritime du Nord est une aubaine. Il pourrait lui faire gagner jusqu’à deux semaines sur les 48 jours de voyages entre Shanghai et Rotterdam » explique le documentaire. Toutes les puissances cherchent donc à placer leurs pions. La Russie dans ce domaine est la plus avancée, le nombre de ses bases militaires polaires a doublé ces dernières années et c’est elle qui possède le plus de brise-glace.

Ecoutez 3 minutes pour la planète de Baptiste Gaborit 

 

Retrouvez l’actualité du Classique