TOP 5 Jean-Philippe Rameau

Les Indes galantes, Hippolyte et Aricie, Dardanus, ces opéras de Rameau auraient pu ne jamais voir le jour si le compositeur baroque français n’avait pas rencontré un riche mécène. Ne nous seraient alors restées que ses pièces pour clavecin – de belle facture, au demeurant. Quel est votre Top 5 des œuvres de Rameau ? On vous propose le nôtre en bas d’article.

 

Contrairement aux autres compositeurs baroques, Rameau écrit ses œuvres sur le tard.

Rameau a 50 ans lorsqu’il se lance dans une carrière de compositeur. La musique n’a certes pas de secret pour lui, qui a passé 40 ans aux claviers de différents orgues. Passionné par l’étude théorique des sons, il est en outre l’auteur de plusieurs traités. Mélodie et contrepoint sont sa deuxième langue. Mais où a-t-il appris cette maîtrise de l’orchestre, ce raffinement des timbres dont il fait déjà preuve dans Hippolyte et Aricie (1733), son premier opéra ? Un organiste doit savoir jongler avec les tessiture et les sonorités des différents jeux qu’il trouve devant lui. L’orgue a ainsi pu être pour Rameau une antichambre de l’orchestre.

A lire aussi

 

Opéras et Suites pour clavecin sont les seules œuvres qui nous restent de Rameau.

Rameau semble avoir participé dans sa jeunesse à des théâtres de foire, en tant que violoniste. Peut-être est-ce là qu’il a appris les ficelles de la scène, et la peinture des sentiments qui fera merveille dans ses œuvres lyriques. En 1731, Rameau rencontre le fermier général Le Riche de la Pouplinière, qui lui confie la direction de son orchestre privé. Il se met à écrire des opéras, très appréciés du public, et qu’on nomme à l’époque « tragédies lyriques ». Sa renommée dépasse bientôt le cercle privé de son mécène, et Rameau devient compositeur officiel à la cour de Louis XV en 1745.
Outre les œuvres pour la scène, il a aussi écrit de nombreuses pages pour clavecin. Suites instrumentales égrenant différentes danses, ou pièces de caractère aux noms évocateurs (La Poule, Les trois mains…), certaines seront réemployées dans des œuvres lyriques, comme Les Sauvages dans Les Indes galantes. Toutes sont cependant éditées avant son entrée chez la Pouplinière. Rameau n’a pas publié en revanche de pièce pour orgue, et ne semble pas avoir composé de musique religieuse, paradoxe pour un organiste qui a si longtemps travaillé pour des églises.

 

Sixtine de Gournay

 

 

1) Les Indes galantes, “Forêts paisibles, Rondeau” (Magalie Léger, Laurent Naouri, Les Musiciens du Louvre, Marc Minkovski)

 

2) La Poule, Nouvelle Suite de pièces de clavecin (Hank Knox)

 

3) Dardanus, “Tambourins” du Prologue (English Baroque Soloists, John Eliot Gardiner)

 

4) Le rappel des oiseaux, Pièces de clavecin (Scott Ross)

 

5) Les Boréades, Entrée de Polymnie (Les Musiciens du Louvre, Marc Minkowski)

 

 

Découvrez d’autres Top 5