Tesla passe la barre des 100 milliards de dollars de capitalisation boursière

100 milliards de dollars, c’est une barre symbolique et ce n’est franchement pas donné à tout le monde. Il faut mesurer la performance. Car Tesla n’a même pas vendu plus d’un million de voiture en cumulé sur les dix dernières années, et pour l’instant le groupe n’a jamais dégagé le moindre bénéfice annuel.

 

Des investisseurs estiment que Tesla vaut davantage que Volkswagen, General Motors, Ford et Renault

Ce passage symbolique signifie en tous cas que des investisseurs pensent que Tesla vaut pratiquement 10 fois Renault, plus que General Motors et Ford, les deux géants américains réunis, et même plus que Volkswagen, le numéro un mondial de l’automobile, qui possède une douzaine de marques, qui gagne des milliards d’euros et vend autour de 10 millions de voitures par an alors que Tesla en a vendu moins de 400.000 voitures l’an dernier. La Bourse craque pour Tesla, parce que le groupe américain est en avance sur un marché très prometteur. Il est devenu le champion du véhicule électrique et le pari que font les investisseurs c’est qu’il va rester le numéro 1 d’un segment de marché qui est encore marginal mais qui sera un jour très important.

A lire aussi

 

Tesla veut être le BMW de la voiture électrique

Aujourd’hui la voiture électrique ne représente que 2-3% des ventes mais celles-ci progressent à deux chiffres. Sans compter que Tesla a eu un positionnement intelligent, en se mettant sur le haut de gamme. Il a l’ambition d’être le BMW de la voiture électrique. Ça fait rêver les marchés financiers. Un jour il pourrait y avoir à la fois des volumes et des marges, donc beaucoup de bénéfices. On peut se demander si ce pari boursier est raisonnable. Il faut rester prudent, ce qui est vrai, c’est que les derniers mois ont prouvé que Tesla pouvait progresser. Il a surmonté une bonne partie des problèmes de production dans son usine américaine.

 

Le groupe a réussi à construire en dix mois de toutes pièces une usine en Chine et, dans ce pays, contrôle 100% de la société. Ils n’ont pas été obligé de s’associer avec un industriel chinois qui captera la moitié des bénéfices. Ils ont lancé un nouveau modèle, la Tesla 3, moins chère, qui se vend bien.

 

 

Et pour l’instant l’arrivée des concurrents sur le haut de gamme électrique avec la Jaguar E-Pace, la Porsche Taycan ou l’Audi e-Tron n’ont pas trop freiné le groupe contrôlé et dirigé par Elon Musk. Pour Tesla le pari n’est pas totalement gagné, la concurrence va se renforcer mais on ne peut plus dire qu’il va s’écrouler. Elon Musk est en train de faire taire les sceptiques et si la capitalisation boursière reste six mois au-dessus des 100 milliards, il aura droit à un petit bonus de 350 millions de dollars.

 

David Barroux

 

Plus d’articles du décryptage économique de David Barroux