[REPORTAGE] OL/Juventus Turin : les supporters ont-ils peur du coronavirus ?

Malgré les craintes d’épidémie de coronavirus, le match de Ligue des Champions entre l’Olympique lyonnais et la Juventus Turin ne s’est pas déroulé à huis clos. Si certains supporters ont préféré célébrer la victoire lyonnaise (1-0) que de céder à la panique, d’autres se sont inquiétés du mélange des spectateurs.

 

Réécouter le reportage d’Eric Kuoch :

 

« La promiscuité est un risque », a déploré l’ex-ministre de la Santé Philippe Douste-Blazy

La victoire de leur club n’était pas le seul enjeu. Hier, près de 60.000 supporters ont garni les gradins du Parc OL pour le match de Ligue des Champions opposant l’Olympique lyonnais à la Juventus de Turin. A la tension que ressent tout fanatique de football pour un match aussi capital s’est ajoutée la peur du coronavirus. Car la venue de milliers de Turinois pour l’occasion a engendré beaucoup de questionnements, alors que le virus très pathogène sévit depuis plusieurs jours en Italie. Des voix se sont élevées avant le coup d’envoi du match pour demander son ajournement ou sa tenue à huit clos.

 

 

Parmi elles, celle de Philippe Douste-Blazy hier sur notre antenne. « Pourquoi mettre 3000 à 6000 personnes qui vont boire des bières ensemble, crier les uns à côté des autres dans un stade ? La promiscuité est un risque ! », a déploré l’ancien ministre de la Santé et ex-secrétaire général adjoint de l’ONU. 

 

Aucune dispositif médical n’était présent aux abords du stade

Des supporters italiens, interrogés à la fin de la rencontre par notre reporter Eric Kuoch, ont en plus de pleurer leur défaite, regretté l’accueil qui leur a été réservé. « Il y a beaucoup de peur infondée », a pointé du doigt Roberto. Un sentiment partagé par Marco, qui a tout de même salué le comportement des lyonnais qui ne l’ont pas mis à l’écart.

 

A lire aussi

 

Aucun dispositif médical particulier n’avait été mise en place par les organisateurs à l’extérieur du stade. Seule mesure prise, l’entrée par une porte réservée des supporters officiels de la Juventus dans le stade. Les spectateurs italiens venus par leurs propres moyens jouissaient, eux, d’une totale liberté de placement. Peu de personnes portaient des masques. L’accessoire favori des supporters est resté l’écharpe ou le maillot. Une question demeure : le niveau d’inquiétude évoluera-t-il d’ici le match retour prévu le 17 mars ?

 

Nicolas Gomont

 

Retrouvez l’actualité du Classique