Coronavirus : Et si Emmanuel Macron était contaminé ? – La revue de presse de David Abiker

« Un Picard décède du Coronavirus », c’est la une du Courrier Picard. « C’est le premier mort français » pointe la Dépêche du Midi, ce qui nous amène à cette une du Parisien Aujourd’hui en France : « La France à son tour sous pression » alors que le quotidien Libération se veut pédagogique : « Coronavirus, tout ce qu’il faut savoir ».

« l’Homo Coronavirus, un être acquis au repli sur soi et au souverainisme », selon l’Opinion

Rémi Godeau dans l’Opinion invente l’homo coronavirus, comme Ouest France qui nous met en garde à la une contre l’illusion de la fermeture des frontières, Rémi Godeau ans l’Opinion écrit ceci : « Partout, les nationalistes se frottent les mains. Avec le dernier fléau globalisé made in China, ils espèrent l’avènement de l’homo coronavirus, un être acquis au repli sur soi et, bientôt, à un souverainisme pur et dur. (…)

 

 

Sauf à stimuler l’extrême droite anti-migrants et l’extrême gauche anti-capitaliste, les pouvoirs publics ont donc tout intérêt à ne pas se laisser contaminer par un discours catastrophiste (…). La responsabilité et la mesure constituent aujourd’hui les meilleures des parades contre l’épidémie. »

 

 

Emmanuel Macron contaminé par le coronavirus : Slate imagine un scénario de crise

Cela n’empêche pas le journal en ligne Slate d’imaginer un scénario de crise pas si saugrenu. Qu’arriverait-il si Emmanuel Macron attrapait le coronavirus ? Slate.fr s’est posé la question après l’annonce de l’infection du vice-ministre iranien de la santé. Et établit ce scénario de crise très particulier : Dans l’hypothèse purement fictive d’une contamination, le président de la République commencerait à ressentir les premiers symptômes de ce virus après une période d’incubation pouvant aller jusqu’à quatorze jours –juste assez de temps pour aller serrer un nombre de main incalculable au Salon de l’agriculture.

 

Réécoutez l’intégralité de la Revue de presse de David Abiker

 

Quelques jours après, pris de fièvre et avec des difficultés respiratoires, Emmanuel Macron n’aurait d’autre choix que de chambouler son agenda pour rester cloué à son lit, probablement celui d’un hôpital, où une myriade de médecins se succéderaient pour observer la moindre variation de son état physique. Empêché provisoirement ou définitivement, l’intérim du président serait assuré par le Président du Sénat, Gérard Larcher.

 

David Abiker

 

Retrouvez l’actualité du Classique