Coronavirus : « Il ne faut pas générer des peurs inutiles », selon Laurent Pietraszewski

Laurent Pietraszewski était l’invité de la matinale de Guillaume Durand ce jeudi 27 février. Le secrétaire d’Etat en charge du dossier des retraites a estimé qu’il ne fallait pas « générer des peurs inutiles » à propos du coronavirus. Il a assuré que les réserves constitués par les avocats pour les retraites continueront leur appartenir. « On ne s’interdit aucun outil », a-t-il déclaré à propos du 49.3.

 

Coronavirus : « Edouard Philippe est pleinement dans son rôle » en réunissant les chefs de partis, pour Laurent Pietraszewski

Le Premier ministre réunit ce jeudi les chefs de partis politiques, les présidents de groupes au Parlement et les présidents des deux chambres au sujet de la crise du coronavirus. Edouard Philippe est « pleinement dans son rôle », a expliqué Laurent Pietraszewski, le secrétaire d’Etat chargé des retraites. Le but est de les « informer sur la situation actuelle en France en matière coronavirus et de répondre à leurs questions ». L’autre objectif est d’éviter qu’une crise politique se rajoute à la crise sanitaire, alors que le Rassemblement National et Debout le France de Nicolas Dupont-Aignan réclament la fermeture de frontières.

à lire aussi

 

Il ne faut pas « générer des peurs inutiles », leur a répondu le député du Nord, également interrogé sur le départ du ministère de la Santé d’Agnès Buzyn dans un tel contexte. « Le ministre des Solidarité et de la Santé est un patricien hospitalier qui connait extrêmement bien le milieu médical. Notre santé est entre de bonnes mains avec Olivier Véran », a-t-il tâché de rassurer.

 

Réforme des retraites : vers une majoration de pension pour les mères dès le 1er enfant

Pour beaucoup de journaux ce matin, l’utilisation du 49.3 n’est plus qu’une question de temps. « Ce n’est pas mon sujet », a botté en touche Laurent Pietraszewski, qui a tout de même indiqué : « On ne s’interdit aucun outil. Je suis là pour faire progresser le texte avec les parlementaires ».  Il a affirmé vouloir introduire dans la version définitive du texte la majoration des pensions pour les mères dès le 1er enfant, et non plus dès le 3e comme c’est le cas aujourd’hui. « Nous avons aussi travaillé sur la retraite progressive pour les personnes en situation de handicap. »

 

à lire aussi

 

Pour démontrer l’obstruction parlementaire revendiquée par la France Insoumise et les communistes, le secrétaire d’Etat est venu avec un sous-amendement soutenu hier soir par le groupe de la « Gauche démocrate et républicaine », le groupe communiste à l’Assemblée nationale. Le texte « propose de substituer aux mots « chaque année » les mots  » tous les ans ». C’e n’est pas du travail de fond », a-t-il regretté.

 

Les cabinets d’avocats les plus riches vont payer la réforme des retraites pour les plus pauvres

Plusieurs zones d’ombre sont apparues lors de la présentation du projet de réforme des retraites, suscitant notamment une mobilisation des avocats qui dénoncent la possible mainmise du gouvernement sur les réserves constituées par leur corporation. « C’est faux. Il y a un grand nombre de contre-vérités venant de la part des oppositions. Nous avons dès le début dit que les réserves constituées appartiennent à ceux qui les ont constituées ».

 

 

« Les avocats, comme beaucoup de professions libérales ont voulu voir reconnaître des spécificités dans la gestion de leur caisse ». Le secrétaire d’Etat a indiqué avoir porté hier un amendement au sujet de la répartition de la charge des cotisations entre les cabinets aisés et ceux en difficultés, pour le financement à venir du nouveau modèle par points.

 

La baisse de la CSG pour les libéraux et indépendants devrait « largement compenser » la hausse des cotisations retraites

« Nous avons permis hier une péréquation pour que les cabinets les plus riches puissent contribuer à l’augmentation résiduelle de charges pour les plus modestes. » La crainte de hausses de cotisations massives pour la profession demeure dans l’esprit des robes noires. Laurent Pietraszewski a préféré insister sur la compensation imaginée par l’exécutif. « Aucun gouvernement ne voudrait mettre en péril le fonctionnement des professions libérales. Nous avons acté une baisse de la CSG, qui vient compenser très largement la hausse de cotisations vieillesse pour les professions libérales et les indépendants. »

 

Interrogé sur les incertitudes entourant le financement à l’équilibre pour 2025 du régime des retraites, le secrétaire d’Etat a demandé du temps. La Conférence de financement, qui rassemble les partenaires sociaux, poursuit ses travaux débutés le 18 février.

 

Nicolas Gomont

 

Retrouvez les interviews politiques