Retraites : « L’âge pivot va devenir un âge caveau », fustige Adrien Quatennens

Adrien Quatennens était l’invité ce matin de la matinale de Renaud Blanc. Le député La France Insoumise a estimé, en pleine discussion sur le financement du système des retraites, que l’âge pivot allait devenir « un âge caveau ». Il a aussi vilipendé le projet d’Emmanuel Macron contre le séparatisme, « une diversion, un contre-feu ».

 

La France Insoumise n’a pas l’intention de coopérer avec le gouvernement

« Nous parlons de grève du zèle parlementaire ». Adrien Quatennens, interrogé sur l’obstruction parlementaire dont est accusée la France Insoumise, a rejeté la faute sur le président de la République. « Emmanuel Macron a décidé d’une obstruction puisqu’il nous a prévu un calendrier extrêmement contraint ». D’après des informations du Parisien publiées il y a quelques jours, Emmanuel Macron souhaiterait acter la réforme des retraites le plus rapidement possible, quitte à employer le 49.3.

 

à lire aussi

 

Mais par la voie de la députée insoumise Clémentine Autain, LFI a reconnu sa stratégie d’obstruction parlementaire. « On est loin des grandes heures de l’obstruction à l’Assemblée, a tâché de nuancer Adrien Quatennens, en rappelant le cas de la privatisation de la compagnie électricité EDF. « On avait alors quelque 136.000 amendements. » Il a réitéré son « intention n’est pas de coopérer avec le gouvernement » pour instaurer un système universel alors qu’une « majorité de Français est toujours favorable à son retrait ».

 

Adrien Quatennens a fixé la question du référendum qu’il soutient sur les retraites

« Moi, je suis prêt à rester jour et nuit à l’Assemblée Nationale jusqu’au mois de juillet », a-t-il assuré, refusant l’idée que l’obstruction faisait le jeu des défenseurs du 49.3. La France Insoumise continue, comme son adversaire le Rassemblement National, de demander un référendum sur les retraites ; une « solution apaisée et tranquille » à ses yeux. « La question : êtes-vous favorable à ce projet de loi ? devrait suffire. L’un des arguments d’autorité de LREM est de dire qu’ils ont été élus sur un programme. Mais pour ce qui concerne les retraites, il était clairement écrit qu’ils ne toucheraient ni à l’âge de départ, ni au niveau des pensions. »

 

 

Le député du Nord a tenu à rappeler la récente prise de position du Conseil d’Etat, « qui n’est pas un nid d’Insoumis » et qui a dénoncé les « risques juridiques » et les projections financières « lacunaires » du gouvernement. « Tout l’effort va reposer sur les actifs, a estimé Adrien Quatennens. [Ils] vont voir leur niveau de pension baisser parce que l’âge d’équilibre va se décaler générations après générations. A ce train-là, on ne parlera plus d’âge pivot mais d’âge caveau ».

 

LFI veut augmenter la part du PIB consacré aux retraites de 2 points d’ici 2040

Le député LFI a minoré l’impact sur le budget des retraites des régimes spéciaux, qui ne concerneraient que « 3% de la population active ». « Emmanuel Macron a fait le pari que la jalousie des Français entre eux serait supérieure à l’aspiration de tous à un bon niveau de pension », a-t-il déclaré. Son parti a proposé un contre-projet à celui du gouvernement. Il défend la retraite à 60 ans et l’absence de pensions inférieures au SMIC pour une carrière complète notamment. « Ce projet est financé à condition que l’on consacre 2 points de PIB de plus aux retraites d’ici 2040 » ; un moyen aussi selon lui de mieux répartir la richesse produite. « Libérer l’homme du temps contraint du travail a toujours été un objectif. On oublie de dire qu’un actif produit aujourd’hui trois fois plus que dans les années 1970. La productivité a augmenté. Dans le même temps, on voit qu’un salarié travaille 45 jours par an pour rémunérer les actionnaires quand c’était 9 jours dans les années 1980 », a-t-il affirmé. Le projet de loi sur le séparatisme, pour partie présenté par Emmanuel Macron hier à Mulhouse, a aussi été abordé.

 

Emmanuel Macron sur la Mer de Glace : « Des images dignes d’Ushuaïa Nature », pour Adrien Quatennens

Une « diversion », un « contre-feu » pour Adrien Quatennens qui a voulu délégitimer la capacité d’Emmanuel Macron à parler laïcité en rappelant son statut vaticane de Chanoine de Latran ; un titre honorifique accordé à tous les chefs d’Etat français depuis Henri IV. Il a aussi dénoncé le passage d’Emmanuel Macron sur la Mer de Glace, « des images dignes d’Ushuaïa Nature pour montrer qu’il a fait son tournant écolo, le jour où ses députés européens à Strasbourg votaient des accords de libre-échange avec le Vietnam, en contradiction avec nos engagements de la COP21 », a-t-il relevé.

 

à lire aussi

 

Interrogé sur les prises de positions de Danièle Obono, député LFI, qui n’avait pas condamné la tenue d’une réunion d’enseignants non-mixte il y a plusieurs mois, Adrien Quatennens botte en touche et rappelle les principes officiels de LFI :« Pour nous, c’est pas de religion en politique et pas de politique en religion. La loi de 1905 et rien que la loi de 1905. » Il a aussi fustigé le terme de séparatisme, « mal adapté et blessant ». « Emmanuel Macron redécouvre ce qui est notre adversaire, à savoir le communautarisme. Le cadre législatif permet aujourd’hui d’y faire face, si on y met des moyens. Je refuse que nos concitoyens de confession musulmane soient toujours montrés du doigt ».

 

 

 

Nicolas Gomont

 

Retrouvez les interviews politiques