Grève à l’Opéra de Paris : « Les pertes devront être épongées », pour Franck Riester

Franck Riester était l’invité de la matinale de Renaud Blanc ce mercredi 19 février. Le ministre de la Culture et de la communication a confirmé que les danseurs de l’Opéra de Paris rentreront bien dans le régime universel des retraites. Les pertes dues à la grève devront aussi « être épongées ». Il a aussi réitéré sa volonté d’obliger Netflix et ses concurrents à investir 25% de leur chiffre d’affaires dans la création française.

 

L’ARCOM, une autorité de régulation des plateformes numériques, va être créée

« Je ne rentre pas là-dedans ». Invité à réagir aux propos de Gérard Collomb, l’ancien ministre de l’intérieur, qui a estimé que l’ex-candidat à la mairie de Paris Benjamin Griveaux s’était montré « imprudent », Franck Riester a esquivé. « A partir du moment où on met le doigt là-dedans, on commence à mettre une brèche dans notre vie privée. » Le ministre de la Culture et de la communication a réaffirmé sa volonté de responsabiliser les plateformes numériques, pour « lutter contre les propos haineux et les manipulations d’informations ».

A lire aussi

 

Seule mesure concrète rappelée ce matin au micro de Renaud Blanc, la création à venir de l’ARCOM, une « autorité de régulation » des plateformes pour « lutter contre ceux qui diffusent ou relayent » des contenus qui portent atteintes à la vie privée. « On est les chefs de file en Europe. Notre législation actuelle permet de sanctionner. Je pense surtout aux jeunes » qui doivent avoir conscience « que leurs traces numériques peuvent avoir des conséquences à courts et longs termes ».

 

L’Etat ne regèlera pas « d’en haut » la crise entre artistes-auteurs et éditeurs

Autre sujet abordé, le bras de fer qui dure entre les auteurs et les éditeurs. Le ministre de la Culture a reçu hier le rapport de l’ancien directeur de la Bibliothèque Nationale, Bruno Racine, qui pointe une « détérioration de la situation des artistes-auteurs », qui réclament une rémunération équivalente à 10% du prix d’un livre. Impossible leur répondent les éditeurs. « Cela concerne les plasticiens, les scénaristes, les auteurs de BD et de livres », a détaillé Franck Riester avant de renvoyer les auditeurs aux annonces faites hier, dans la foulée de la remise du rapport.

 

à lire aussi

 

« J’ai dit très clairement que dans un certain nombre de cas, la répartition de la valeur était déséquilibrée et qu’il était nécessaire de bouger. » Il exclut toutefois toute « décision venue d’en haut », et souhaite maintenir l’Etat dans un rôle de « médiateur, d’aiguillon ».

 

Netflix devra investir 25% de son chiffre d’affaires dans des productions françaises

Il a aussi été question de la redistribution des bénéficies des plateformes de streaming musical, comme Deezer. « C’est une question centrale, a-t-il reconnu. C’est la raison pour laquelle j’ai pris la décision de confier au Centre national de la musique, qui vient d’être créé, l’étude de cette situation-là. ». Le ministre a aussi estimé que Netlfix était un atout pour la France, à condition qu’il respecte les règles de la création française. « On a un dispositif qui permet aux diffuseurs de financer leurs contenus ».

 

 

« Demain – ce n’est pas encore le cas – les nouveaux acteurs vont financer aussi ces créations françaises avec un minimum d’investissements. » 25% du chiffre d’affaires réalisé en France par Netflix devra être investi dans des productions hexagonales. Même chose pour Disney+ et ses concurrents. « Nous devons être ambitieux. » 

 

Laurent Bayle n’a pas encore de successeur à la tête de la Philharmonie de Paris

« Hier débutaient les travaux de la conférence de financement des retraites, que la CGT a déjà quittée [annoncé sur Radio Classique par Catherine Perret, numéro 2 de la CGT]. La réforme des retraites affecte particulièrement le secteur de la culture, avec une grève dans les théâtres parisiens notamment ». Les annulations de représentations à l’Opéra de Paris ont été très marquantes et auraient coûté 16 millions d’euros. « Peut-être un peu plus », a même estimé Franck Riester ce matin avant de prévenir : « les pertes accumulées devront être épongées ». L’Opéra de Paris menacé de fermeture ? « On ne sait pas ce qui peut arriver dans l’avenir. », a indiqué le ministre, avant de rassurer : « Au gouvernement, on souhaite accompagner l’Opéra de Paris parce que l’on a une grande ambition » pour lui, qui rayonne en France et dans le monde entier ». Le régime spécial des artistes de l’opéra, qui remonte à 1698, leur permet de partir en moyenne à la retraite à 42 ans.

 

à lire aussi

 

« Les danseurs de l’Opéra de Paris seront à l’horizon de quelques années dans le même régime universel que les autres. En revanche on prendra en compte leurs spécificités et on les accompagnera bien mieux pour qu’ils se reconvertissent. Bien souvent aujourd’hui, on les met en retraite avec 1000-1500 euros et basta, on ne s’occupe plus [d’eux]. » Le ministre n’a, en revanche, pas fait d’annonce concernant la nomination du remplaçant de Laurent Bayle, dont le contrat à la tête de la Philharmonie de Paris va s’achever en 2021. « On essaye d’anticiper les nominations dans les institutions culturelles. Mais on n’en est pas encore là. On a de la chance d’avoir un grand patron et on continue de travailler avec lui pour l’instant ».

 

 

Nicolas Gomont

 

Retrouvez les interviews politiques