Rentrée scolaire : un business qui s’élève à plus de 600 millions d’euros

Istock

Hier, les 12 millions d’écoliers, qui viennent de reprendre le chemin de l’école, ont commencé à recevoir la liste des fournitures scolaires. Tous les ans, ce sont ainsi plus de 200 millions d’articles qui sont vendus en quelques semaines, ce qui génère un pic d’activité de plus de 600 millions d’euros.

Bic : la rentrée génère 40% de ses ventes de stylos de l’année en France

La rentrée des classes est un vrai business puisqu’une entrée en 6ème coûte environ 200 euros à une famille. La moitié part dans les stylos, les règles, les protège-cahiers ou les calculatrices. Un peu plus de 50 euros est dépensé dans les cahiers et les fournitures papier en général. Et il faut quand même compter une petite cinquantaine d’euros pour l’équipement de l’écolier sportif. Dans la distribution, les trois quarts des ventes sont captées par les hyper et supermarchés, mais depuis plusieurs années ces rois de la promo ponctuelle sont de plus en plus concurrencés par la vente via internet, par les revendeurs spécialisés de fournitures de bureau comme Bureau Vallée ou Calipage, et par les nouveaux acteurs du discount comme Action.

A lire aussi

 

Parmi les marques proposées, nombreuses sont celles importées d’Asie, mais de belles entreprises françaises tirent également leur épingle du jeu comme Bic, Clairefontaine ou Exacompta. Pour Bic, la rentrée est stratégique puisque 40% de ses ventes de stylos de l’année en France sont liées à la rentrée des classes.

L’écologie, la nouvelle tendance des fournitures scolaires

3 millions de foyers manquent de ressources et doivent faire avec l’allocation de rentrée de 370 à 400 euros. Ils se contentent de l’utile et peuvent être amenés à recycler les fournitures d’une année sur l’autre. Les ménages plus aisés accordent, quant à eux, une dimension plaisir dans le budget de la rentrée, en achetant par exemple un cahier aux couleurs de Spiderman. Mais la nouvelle tendance comme dans beaucoup de secteur, c’est l’écologie.

A lire aussi

 

Cette année, Bic met l’accent sur le côté recyclé et recyclable de son offre. Et les efforts de la marque sont indéniables, les stylos par exemple sont 25% plus légers qu’avant. Il y a moins de pièces, moins de plastique et Bic s’engage dans la collecte et le traitement. La jeunesse est de plus en plus écolo et les marques en ont bien conscience.

David Barroux 

Retrouvez le Décryptage Economique