Remaniement : de Florence Parly à Claire Chazal, quels sont les noms avancés par la presse ?

On n’a jamais autant parlé de Florence Parly depuis qu’on ne sait pas si elle va être nommée Premier ministre. C’est une rumeur. Cela n’empêche pas Télé Loisirs de publier cet article « Qui est Florence Parly, la potentielle remplaçante d’Edouard Philippe à Matignon ? » . Tout est dans le « potentielle ». Idem pour la Dépêche du Midi, quand vous ne savez rien, il suffit de poser la question : « Remaniement, bientôt une femme à Matignon ? »

 

Les noms de Florence Parly, Nathalie Kosciusko-Morizet, Laurence Tubiana sont cités par la presse

Avec ce chapeau qui est rempli de non-information et de conditionnel : Si Emmanuel Macron décidait de remercier Edouard Philippe, Florence Parly pourrait le remplacer. Vous voyez qu’avez deux inconnues, on peut faire un article qui n’annonce rien, et faire circuler des noms sans trop prendre de risque. Justement, tout est dans le verbe circuler. Concernant ces noms qui circulent, le Midi Libre utilise évidemment cette formule pour partager ses incertitudes et sa totale ignorance sur les nouveaux entrants.

 

A lire aussi

 

Autre expression qui s’oppose aux ministres sortants, et là, c’est un festival de suppositions : pour verdir le gouvernement tout en le féminisant, le Midi Libre avance Laurence Tubiana qui dirige le Haut Conseil pour le Climat, Nathalie Kosciusko-Morizet ancienne ministre de l’écologie sous Sarkozy. Le plus curieux toujours dans le Midi Libre c’est Barbara Pompili député LREM, très verte, mais dont le nom n’émerge pas forcément. Et là on touche au sublime puisque la presse vous annonce les noms qui circulent mais également ceux qui ne circulent pas. Emmanuel Macron aura besoin de ministres de gauche explique le Midi Libre, qu’à cela ne tienne, le journal cite Arnaud Montebourg et Manuel Valls.

 

Emmanuel Macron et Edouard Philippe auraient partagé un dîner d’adieu, selon Gala

Mais le Président aura aussi besoin de gens de droite, et donc les noms de Guillaume Larrivé et Geoffroy Didier sortent dont on ne sait quel chapeau. Et la presse people s’en mêle. Gala parle de dîner d’Adieu au château, c’était il y a 48h, un dîner d’Adieu entre le président et son premier ministre. Mais toujours avec un point d’interrogation. Et Gala de citer un stratège de la majorité, que je cite mot pour mot « il y a autant de bonne raison de garder Edouard Philippe que de s’en séparer et il ajoute, à ce stade c’est 50/50 ». Ça, c’est un stratège.

 

A lire aussi

 

Vous aurez noté que ces commentaires n’ont pas de sources, ils sont anonymes. Prenez celui qui suit publié par la Dépêche c’est un chef d’œuvre : « Ça y est Edouard Philippe est fixé sur son sort ». Il n’a pas vu le président de la République lundi matin et hier soir pour rien. Mais il garde ça pour lui. Donc là on se dit c’est du solide hélas, l’article poursuit : celui qui fait cette confidence à la Dépêche est un proche du premier ministre mais il assure n’avoir aucun indice. Donc, ici on atteint des sommet : la Dépêche publie une certitude sous forme de confidence d’un proche qui ne donne pas son nom mais qui explique dans la même phrase qu’il n’a aucun indice. Alors comme on ne sait pas qui sera nommé, qui parle, on peut éventuellement se demander quand.

 

 

L’écrivain Patrick Besson imagine Natacha Polony à Matignon, Anne Sinclair aux Affaires étrangères, et Alain Finkielkraut au ministère des Armées

Mais là en encore c’est pas simple : prenez le Point qui suppute sur l’annonce officielle d’un changement de gouvernement : la décision du président n’est pas encore prise, selon ses proches (on retrouve les proches et l’entourage, ça s’appelle des sources anonymes) et donc poursuit le Point le verdict présidentiel devrait tomber d’ici le début de la semaine prochaine, peut-être dès ce jeudi ou vendredi. Donc on navigue à vue si c’est pas lundi c’est demain et si c’est pas demain c’est aujourd’hui et si ce n’est aucun des trois, il suffit de lire d’autres site et la date du 8 juillet s’impose. Ce sera avant le 8 juillet nous annonce l’indépendant Catalan avec cette formule qui laisse songeur : Emmanuel Macron devrait effectuer un remaniement (on retrouve le conditionnel) avant le mercredi 8 juillet et l’Indépendant ajoute croit savoir France Info.

 

A lire aussi

 

 

En fait la presse ne sait rien,  mais elle pourrait savoir, puisque le président recevra ce matin des journaliste de la Presse Quotidienne Régionale, ça c’est un fait. Mais que va-t-il leur dire ? On ne sait pas. Alors dans le Point Patrick Besson compose lui-même le prochain gouvernement sa seule source c’est son imagination : premier ministre Natacha Polony, affaires étrangères Anne Sinclair, ministre des armées Alain Finkielkraut. C’est totalement fantaisiste mais au moins c’est assumé. Enfin à la culture, le chroniqueur propose Jérome Garcin, directeur des pages littéraire de l’Obs. Et c’est vrai qu’avec le ministère de la culture on peut s’amuser à faire des suppositions surtout depuis qu’un proche d’Emmanuel Macron (encore un proche) a déclaré il y a quelque jour avec une certaine élégance, aussi sujet de l’actuel titulaire du poste Franck Riester, « lui il va prendre une balle ». Donc qui à la culture ? Vous lirez dans Closer, qui cite Challenges, qui cite un bruit, que Claire Chazal est au coude-à-coude avec Jean-Michel Jarre. Mais alors pourquoi pas Pierre Arditi dont le nom circule ou encore Line Renaud qui a 92 ans aujourd’hui ?

 

David Abiker

 

Retrouvez l’actualité du Classique