Pourquoi un milliardaire Tchèque vient-il d’entrer au capital de Rallye, l’actionnaire du groupe de distribution Casino ?

Pourquoi un milliardaire Tchèque vient-il d’entrer au capital de Rallye, l’actionnaire du groupe de distribution Casino ?

Pour comprendre, il faut déjà connaître un peu les acteurs de ce dossier. Vous avez d’un côté Jean-Charles Naouri qui, à coup de rachats successifs, a donné naissance à un poids lourd de la grande distribution française puisqu’il contrôle entre autres les hypers Géant Casino, les supermarchés Monoprix assez bobo, les magasins de proximité urbains Franprix et Cdiscount, le petit Amazon français. De l’autre vous avez Daniel Kretinsky. Lui aussi c’est un homme d’affaires qui est parti de rien et qui en train de se constituer un empire à coups d’acquisitions audacieuses. Il est surtout actif en République Tchèque, à l’Est, et en France. Et il investit essentiellement dans les vieilles énergies fossiles comme le charbon, la grande distribution et la presse puisqu’il a déjà racheté par exemple en France “Elle” et “Marianne” et qu’il s’est invité par effraction au capital du quotidien Le Monde.

 

Pourquoi ces deux hommes se sont entendus ?

L’opération qui va permettre au Tchèque de prendre 5 % de Casino pour 200 millions d’euros est présentée par les deux parties comme amicale. Je pense qu’à court terme au moins leurs intérêts convergent. Naouri a construit un groupe qui a de très beaux actifs mais aussi un loud passif. Naouri n’avait pas de fortune personnelle, il a donc constitué son groupe avec de la dette et des montages financiers complexes et aujourd’hui cela le fragilise et il n’est plus totalement maître de son destin. Il est attaqué en Bourse. Il a besoin d’alliés et Kretinsky peut être ce soutien. Il est riche et il adore investir dans des actifs en crise comme les centrales à charbon ou la distribution. Quand on achète que des trucs supers, on paye très cher et le potentiel de croissance n’est pas toujours au rendez-vous. Quand on redresse bien un truc qui souffre, on peut par contre s’enrichir.

Le pari n’est pas trop risqué ?

Chez Casino, le risque ce sont les hyper et la dette. Les hypermarchés parce qu’ils ont moins la cote en France et la dette parce qu’elle est très élevée. Mais Naouri contrôle aussi des pépites et il est en train d’agir activement pour réduire sa dette. Le groupe peut se sauver et si un jour Naouri cherchait à vendre, Kretinsky aura l’avantage d’avoir déjà un pied dans la porte. Et Naouri aura déjà un acheteur naturel. Pour que les prix montent, il n’aura plus qu’à trouver un autre acquéreur potentiel. Il ne faut pas oublier que Jean-Charles Naouri n’est pas qu’un épicier comme on dit. Il parait que c’est aussi l’un des meilleurs joueurs d’échecs de France.

 

Plus d’articles sur le décryptage économique de David Barroux