SpaceX, le trublion de l’espace, a failli provoquer une catastrophe au-dessus de nos têtes…

SpaceX, le trublion de l’espace, a failli provoquer une catastrophe au-dessus de nos têtes…

On vient de l’apprendre mais en début de semaine, un satellite placé en orbite par SpaceX a failli croiser la route d’un satellite européen. Et quand deux satellites se rencontrent, ça fait boum et c’est pas bon. L’Agence Spatiale Européenne propriétaire du deuxième satellite a demandé à SpaceX qui avait dévié selon elle de se remettre sur sa route. Mais SpaceX n’a pas obtempéré et du coup c’est l’Agence Européenne qui a bougé son satellite qui valait beaucoup plus cher et qui n’a donc pas voulu prendre le moindre risque.

Pourquoi SpaceX a refusé de modifier la trajectoire de son satellite ?

Le groupe fondé par le fantasque et génial Elon Musk n’a pas pris la parole pour se défendre mais en fait ils profitent d’un vide juridique. L’espace c’est essentiellement une zone de non-droit. Il y a juste un traité des Nations Unis qui date de 1967 qui dit qu’il ne faut pas militariser ou coloniser l’espace et qui dit aussi qu’il faut se conduire comme des gentlemen. Mais en fait il n’y a pas de code de la route, pas de loi et donc pas de police pour tordre le bras de ceux qui franchissent la ligne jaune.

Et pourquoi y a-t-il un problème maintenant ?

Pendant longtemps, il n’y a pas eu grand monde en orbite. L’espace était réservé à quelques satellites militaires et de télécommunications. Mais la révolution technologique et l’appétit des marchés financiers sont en train de changer la donne. Aujourd’hui des investisseurs privés comme Elon Musk qui aussi créé Tesla ou Jeff Bezos le patron d’Amazon, rêvent de lancer une nouvelle conquête spatiale. Ils veulent envoyer des milliers de satellites au-dessus de nos têtes pour pousser l’internet du futur sur tous les points du globe. Et plus il y a de monde dans l’espace, plus il va y avoir de débris, de vieux satellites ou de nouveaux satellites difficiles à surveiller. Les risques d’accident vont se multiplier et les incidents comme celui de cette semaine risquent de se reproduire. Et l’histoire a prouvé que quand il n’y a pas de shérif, les cow-boys finissent souvent par se comporter comme des bandits. Il va donc falloir agir.

 

 

Plus d’articles sur le décryptage économique de David Barroux