One Planet Summit : Emmanuel Macron veut remobiliser les dirigeants mondiaux autour du climat

La France organise aujourd’hui la 4e édition du One Planet Summit, sommet mondial initié par le président Emmanuel Macron et qui est consacré cette fois à la biodiversité. Un rendez-vous qui doit donner le coup d’envoi d’une année 2021 décisive pour la protection des écosystèmes.

 

Angela Merkel, Boris Johnson, Ursula Von Leyen participent au One Planet Summit

Une trentaine de personnalités sont attendues aujourd’hui, surtout à distance -crise sanitaire oblige-. Parmi elles, Angela Merkel, Boris Johnson, Justin Trudeau, Antonio Guterres, secrétaire général des Nations Unies ou encore la présidente de la commission européenne Ursula Von der Leyen. La diplomatie climatique a été perturbée par la crise du Covid.

 

A lire aussi

 

Il faut, selon l’Elysée, remobiliser collectivement les acteurs internationaux à l’orée d’une année charnière. La COP15 pour la protection de la biodiversité aura lieu en fin d’année, c’est l’équivalent des COP pour le climat, et celle-ci doit aboutir à un nouvel accord mondial sur la biodiversité, c’est donc capital. Et il y aura au mois de septembre à Marseille le congrès mondial de l’UICN, l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature.

 

La France envisage d’atteindre 30% d’espaces protégés sur son territoire d’ici 2022

Des annonces et des engagements sont attendus autour de 4 grands thèmes : la protection des écosystèmes marins et terrestres, la promotion de l’agroécologie, la mobilisation des financements et le lien entre déforestation et santé humaine. Une cinquantaine de pays devraient ainsi s’engager à atteindre 30% d’espaces protégés sur leur territoire d’ici 2030. Ce sera en 2022 même pour la France.

 

A lire aussi

 

Parmi les nouveautés de l’édition 2021, le lancement également d’une initiative internationale pour le financement de la grande muraille verte de l’Union Africaine. 10 milliards d’euros pour relancer ce projet qui vise à lutter contre la désertification du Sahara. Et sur la question des financements, plusieurs banques publiques de développement devraient s’engager à consacrer 30% de leur budget climat aux solutions basées sur la nature. Et il y a urgence tant la situation est critique aujourd’hui. Enfin, autre initiative, directement en lien avec la crise du Covid, la création d’une alliance inédite de recherche sur la prévention de nouvelles pandémies issues de réservoirs animaux.

 

Ecoutez 3 minutes pour la planète de Baptiste Gaborit

 

Retrouvez l’actualité du Classique