Nestlé lance une boîte de « thon » 100% végétal

Nestlé vient de lancer la commercialisation d’une boîte de thon qui ne contient pas un gramme de poisson… « Ça ressemble à du thon, ça a le goût du thon et pourtant, ça ne contient pas de thon » promet Nestlé qui nous refait le coup du Canada Dry qui voulait remplacer l’alcool en lançant un thon 100% végétal.

Le sensationnal vuna est vendu en Suisse depuis hier

Pour un peu plus de 6 euros on peut acheter depuis hier ce faux thon composé à base de protéine de pois, de gluten de blé et d’huile de colza. Ce « Sensational Vuna » n’est pas vendu dans une vulgaire boîte de conserve mais dans un pot en verre transparent qui rappelle un pot de confiture. Et comme bien sûr il n’y pas de conservateurs ni de colorants artificiels, c’est vendu en rayon frais. Pour l’instant on ne le trouve qu’en Suisse, la patrie du numéro un mondial de l’industrie agroalimentaire mais si ça marche on en trouvera dans tous les bons supermarchés. Pourquoi Nestlé lance ce faux thon ?

 

A lire aussi

 

Personne n’est descendu dans la rue pour demander du thon sans poisson mais l’alimentation végétarienne n’arrête pas de progresser. En particulier dans les pays développés, il y a une baisse de la consommation des protéines d’origines animales. Depuis quelques années on a vu se développer les steak sans viande. Il y a une demande qui reste faible mais qui progresse très vite. Il y a de plus en plus de vrais végétariens très pratiquants et il y a aussi ce qu’on appelle les flexitariens, ceux qui mangent simplement moins de viande ou de poisson qu’avant. On le fait pour des raisons écologiques. D’autres veulent lutter contre les souffrances animales. Et puis certains, comme ceux qui consomment aussi du bio, recherchent une alimentation plus saine, plus naturelle. Et comme on n’a pas forcément envie de ne manger que des salades ou des ratatouilles de légumes, il y a une demande pour de nouveaux aliments végétaux qui permettent de diversifier l’expérience gustative.

 

 

L’élevage représente 18% des émissions de gaz à effet de serre

Le faux thon de Nestlé peut aller dans des salades, des pâtes ou des pizzas. Sur un plan écologique, cette démarche a-t-elle un sens ? Pour notre écologie personnelle dans les pays riches, déjà, manger un peu moins de protéines animales, c’est souvent une bonne décision. Car vous le savez, les régimes trop riches accentuent le risque d’obésité. Pour la planète, c’est vrai qu’il y a globalement un problème de surpêche et que l’élevage représente à lui seul 18% des émissions de gaz à effet de serre. Mais attention de ne pas diaboliser la viande et le poisson. Notre corps, notre métabolisme, ont besoin de protéines et de vitamines, d’un régime alimentaire diversifié.

 

A lire aussi

 

Et l’élevage permet aussi dans bien des régions d’entretenir des prairies. Si demain on ne mangeait plus de viande on commencerait par tuer toutes les vaches et plus personne ne s’occuperait des champs. Cela poserait aussi des problèmes pour la biodiversité. Les espèces jouent un rôle de régulation sur terre et en mer. En fait comme souvent, le poison, c’est la dose. Il faut de tout. Personnellement je vous conseille de goûter le thon sans thon de Nestlé mais pas d’arrêter de manger du thon pour autant. Un sushi Nestlé ça risque de ne pas être top.

 

David Barroux