Michelin change aujourd’hui officiellement de patron

Ce vendredi, au cours de l’Assemblée générale, Florent Menegaux va être élu pour prendre officiellement la succession de Jean-Dominique Senard à la tête de Michelin. Ce passage de témoin était programmé depuis un bon moment, ce n’est donc pas une surprise. Et Florent Menegaux ne devrait pas avoir de mal à assumer son nouveau rôle. Entré chez Michelin en 1997, il a fait le tour du monde pour ce groupe travaillant autant dans les activités poids lourds comme voiture de tourisme. Pourtant, il n’est pas un héritier Michelin. Mais en même temps, Jean-Dominique Senard avait les mêmes « défauts » et cela ne l’a pas empêché d’effectuer un parcours sans faute chez notre champion des pneumatiques

 

Quels seront les principaux défis qu’aura à relever ce nouveau patron ?

Tous les patrons doivent gérer deux horizons de temps. Il faut d’un côté préserver le passé – les positions acquises et de l’autre, préparer l’avenir. A court terme, la priorité est de rester un leader du pneu. Pour cela, il faut continuer d’innover ce qui est la marque de fabrique de Michelin qui n’a pas inventé le pneu mais qui a imaginé toutes ses révolutions. Il faut faire évoluer l’outil industriel pour rester compétitif. Innover, c’est vendre plus cher. Et puis, il faut également faire un peu de lobbying pour que l’Europe protège un peu mieux les industriels européens qui innovent face à des concurrents chinois qui parfois vendent des pneus à un prix inférieur au simple coût des matières premières.

Et les défis à long terme ?

Michelin doit s’inventer de nouveaux métiers. Il faut se développer dans les services, la gestion de flottes de camions par exemple. Mais l’industriel a aussi des ambitions dans la pile à hydrogène ou dans l’impression 3D. Ce sont de petits marchés aujourd’hui mais qui peuvent devenir des relais de croissance. Avec les cartes Michelin ou les Guides Rouges, Michelin a déjà prouvé qu’il savait faire autres choses que des pneus. C’est donc possible. Mais quand on investit pour l’avenir on commence par dépenser avant que cela ne rapporte…

 

David Barroux

 

Plus d’articles sur le décryptage économique