Marin Alsop se confie sur ses difficultés à la tête de l’Orchestre Symphonique de Baltimore

World Economic Forum/Flickr

La cheffe d’orchestre américaine Marin Alsop va quitter l’Orchestre Symphonique de Baltimore (BSO) cette semaine. Dans un documentaire, qui lui est consacré, elle revient sur les 14 années pas toujours harmonieuses qu’elle a vécues en tant que directrice musicale de l’institution du Maryland. Elle était la seule femme à exercer cette fonction parmi les 25 plus grands orchestres américains.

Marin Alsop a vécu sa nomination à Baltimore comme « le pire cauchemar » de sa vie

Samedi 19 juin au Meyeroff Symphony Hall, Marin Alsop (à qui succédera James Conlon) dirigera son dernier concert à Baltimore. Elle sera rejointe sur scène par Renée Fleming qui interprétera des extraits d’œuvres de Georg Friedrich Haendel, Richard Strauss et Adam Guettel. Ce concert va clore 14 ans de collaboration entre la cheffe d’orchestre américaine et la grande formation du Maryland dont elle assure la direction musicale depuis 2007.

A lire aussi

 

Deux septennats pas toujours harmonieux comme elle en témoigne dans le documentaire The conductor  que lui consacre la réalisatrice Bernadette Wegenstein et qui a été présenté au festival de Tribeca le 14 juin. On se rappelle notamment que sa nomination en 2005 avait été contestée par une partie de l’orchestre du BSO qui estimait qu’elle n’était pas forcément la bonne personne pour remplacer le charismatique maestro russe Yuri Termikanov en place depuis 1999. Un épisode de sa carrière dont Marin Alsop estime dans le documentaire que : « Ce qui aurait dû être un moment de grande joie est devenu le pire cauchemar de toute ma vie ».

Le programme OrchKids, créé par Marin Alsop, est considéré comme un modèle d’initiative solidaire

À l’époque Marin Alsop devenait également la 1ère femme nommée à la direction musicale d’un des plus grands orchestres américains. Une première dans un milieu très masculin et même machiste qui n’a pas non plus vu du meilleur œil sa relation conjugale avec la corniste Kristin Jurkscheit (depuis 1990). Lorsqu’on lui a demandé, lors d’une séance de répétitions à la Juilliard School, si elle avait été victime d’homophobie, Marin Alsop a répondu « Qui sait ? », tout en relativisant car, selon elle, « tout était inconscient. Je ne peux pas dire que c’était une réaction ouvertement discriminatoire. À l’époque, le BSO traversait une période difficile financièrement et les musiciens se sentaient marginalisés ».

A lire aussi

 

La suite de l’aventure de Marin Alsop à Baltimore a heureusement été plus sereine et constructive au point qu’a l’unanimité un 2ème mandat de sept ans lui a été confié en 2014. Le programme OrchKids, qu’elle a créé en 2008 et qui offre une éducation musicale, des instruments, un mentorat et des repas gratuits aux enfants des écoles publiques de Baltimore est devenu un modèle d’initiative solidaire outre-Atlantique. Désormais la cheffe d’orchestre de 64 ans va se consacrer à l’Orchestre symphonique de la radio de Vienne qu’elle dirige depuis 2019 et au festival de Ravinia (résidence d’été de l’Orchestre symphonique de Chicago) dont elle est la directrice artistique et cheffe principale.

Philippe Gault

Retrouvez l’actualité du Classique