A New York, la Juilliard School accusée de racisme et d’augmentation injustifiée des frais de scolarité

©Yair Haklai - Wikimedia Commons

Les locaux de la célèbre école de spectacle américaine occupés la semaine dernière, des manifestations devant le Lincoln Center. L’augmentation de 4% des frais de scolarité à la Juilliard School passe mal auprès des étudiants qui ont occupé un bâtiment de l’école avant d’aller manifester dans la rue. Quelques semaines plutôt l’institution new yorkaise a dû faire face à des critiques sur sa gestion des questions de diversité.

Les frais annuels de scolarité augmentés de près de 2000 dollars

Dans l’absolu, ces 4% d’augmentation des frais annuels de scolarité de la Juilliard School n’auraient pas dû provoquer un tel mouvement mais quand on se rend compte qu’ils correspondent à 1870 dollars à ajouter aux 49 260 dollars que versaient déjà les 840 étudiants permanents de la plus grande école de spectacle américaine (Musique, danse et théâtre) on peut comprendre la colère des Socialist Penguins, le groupe d’étudiants à l’origine de ce mouvement de protestation.

A lire aussi

 

De lundi à mercredi plusieurs dizaines d’entre eux ont occupé une partie du bâtiment Irene Diamond que la direction a fait fermer. Jeudi et vendredi, ils ont manifesté, souvent en musique, devant l’école située sur le site du Lincoln Center qui abrite le Met Opera, lui aussi secoué par des mouvements sociaux. La direction de l’école a tenu à indiquer qu’elle compte augmenter le salaire minimum pour les emplois en alternance sur le campus et qu’elle dispose d’un financement spécifique pour les étudiants en situation précaire.

La Juilliard School critiquée pour sa gestion des questions de diversité

Ce mouvement de protestation n’est pas le 1er qu’a connu la Juilliard School. En 1940, une centaine d’étudiants s’étaient mobilisés pour protester contre le licenciement d’un professeur. En 1970, nouvelle levée de bouclier lorsque le président de l’école de l’époque avait émis le souhait de fermer le département danse faute de financement suffisant. Il avait même fallu que Martha Hill, danseuse et enseignante, fondatrice de la section danse se mobilise pour le sauver. Désormais, un prix de danse, attribué par l’école, porte son nom.

A lire aussi

 

Fin mai de cette année, l’institution a fait l’objet de critiques pour des questions de diversité suite à plusieurs témoignages. Alors qu’un quart des élèves de la division d’art dramatique est d’origine afro-américaine, une étudiante noire a ainsi révélé à la chaîne CBS News que l’école avait organisé un atelier intitulé Slavery Saturday (Samedi de l’esclavage) au cours duquel étaient diffusés des bruits de fouet et des insultes raciales. Suite à cet incident, l’école a qualifié cet épisode d’ « erreur » et a déclaré qu’elle « regrettait que l’atelier ait causé de la douleur aux étudiants ».

Philippe Gault

Retrouvez l’actualité du Classique