Luca de Meo, PDG de Renault : « On est tellement dans la m… qu’on a tout intérêt à se réinventer ! »

©SEAT Comms

La nouvelle R5 électrique que veut relancer Renault fait la une du Parisien. Mais attention, une voiture peut cacher une locomotive. Cette locomotive, c’est la renaulution, la révolution technologique de Renault vendue par Luca de Meo qui a séduit les lecteurs du Parisien.

Luca de Meo affirme que le Click and Collect va prendre de l’ampleur pour les ventes de voitures

Luca de Meo, c’est l’homme qui a relancé la Fiat 500 en Italie, et il y en a partout aujourd’hui. C’est l’anti-Carlos Ghosn, chaleureux, empathique, accessible, charismatique, « il est rare » écrit Rémy Dessarts dans le Parisien « qu’un patron fasse autant l’unanimité quand il rencontre les lecteurs du Parisien ». Lisez l’entretien avec le patron de Renault, particulièrement pédagogique et éclairant. Il y a plein de choses intéressantes dans cette interview, mais surtout cette sortie de Luca de Meo, quand le Parisien lui demande « qu’est-ce qui fait la particularité de Renault ? », Luca répond ceci : « c’est une boîte assez réactive, une créativité un peu excentrique et surprenante qui si elle est bien gérée produit la 4L la Twingo, la Scénic, la R5, mais si elle est mal gérée ca peut t’envoyer dans le mur avec l’Advantime, la Velsatis » .

 

A lire aussi

 

Luca de Meo vise la parité des effectifs de Renault en 2050

Et là, De Meo ajoute, « l’autre avantage c’est qu’on est tellement dans la m… qu’on a tout intérêt à se réinventer ! ». Vous voyez l’Italien comme il parle, il n’a pas peur des mots : se réinventer, ca rappelle Macron qui l’an dernier disait « se réinventer, moi le premier »… Et il y a un autre point intéressant, le patron de Renault explique que la majorité des clients de Renault sont des femmes ! Ca veut dire quoi ? Qu’il devrait y avoir un effet miroir sur l’organisation, autrement dit Renault, qui a le plus haut pourcentage de femmes de l’industrie automobile, en attire trop peu, son président ambitionne la parité des effectifs en 2050. Le mythe du vendeur de bagnole mâle a vécu. Et puis une dernière chose, De Meo vous explique que le click and collect c’est parti pour les voitures, on regarde sur internet, on achète en concession. Autrefois les clients faisaient 6 à 7 visites en concession, aujourd’hui c’est une ou deux. Ca aussi ca va changer la commercialisation des voiture. Bref, Luca de Meo dans le Parisien, j’achète tout de suite !

David Abiker

 

Retrouvez l’actualité du Classique