Lenteur de la vaccination en France: « Tous les pays en Europe sont critiqués » selon Thierry Breton

Thierry Breton était l’invité politique de la matinale de Guillaume Durand ce mardi 5 janvier. Le Commissaire européen rappelle les défis qui se présentent avec les mises en place des stratégies de vaccination contre le Covid-19 des pays membres de l’Union Européenne et relativise une campagne française fortement critiquée : « Il n’y a pas un pays où on félicite les autorités gouvernementales. Tous les pays en Europe sont critiqués. Il y a une impatience désormais pour nos concitoyens ».

 

Thierry Breton : « Il y a six mois personne n’imaginait que nous serions ce matin en train de parler du vaccin »

Thierry Breton a tout d’abord tenu à saluer l’exploit scientifique : « jamais dans l’histoire de l’humanité on avait réussi à faire un vaccin en moins de 10 ans », ainsi que le travail européen concernant la course aux vaccins anti-covid, « aucun pays de l’Union Européenne ne pouvait le faire seul, nous avons mutualisé nos efforts ». Cependant, le Commissaire Européen tient à souligner les enjeux soulevés par la campagne de vaccination, « une fois que les vaccins sont certifiés, il faut les fabriquer afin de les livrer sur toute l’année, pas seulement la première semaine de janvier ». Ainsi il faut d’après lui, « augmenter la capacité de production de l’ensemble de la planète ».

 

A lire aussi

 

 

Interrogé par Guillaume Durand sur l’inefficacité de la campagne de vaccination en France, Thierry Breton remarque que ces critiques sont pas exclusivement françaises, « le ministre de la Santé en Allemagne est sur la sellette, celui d’Espagne a démissionné, la situation en Grande-Bretagne est tragique et aux Pays-Bas on se demande pourquoi on n’a pas démarré la vaccination » et rappelle les préconisations de la Commission « pour qu’on commence à vacciner les personnes les plus exposées et les plus vulnérables ». Concernant la politique de l’Union Européenne de distribution de ces vaccins, Thierry Breton indique « qu’il a été décidé que chaque pays serait servi au prorata de la population, et que donc la France a été servie comme les autres ». Quid du retard des industriels français dans la course aux vaccins ? Thierry Breton l’explique par l’existence de « deux types de vaccins », ceux utilisant la nouvelle technologie « ARN messager » et « les vaccins classiques qui vont venir un peu plus tard ». Avec « une mise sur le marché dans le courant de l’année 2021, c’est tout sauf une déroute » selon Thierry Breton.

 

Thierry Breton sur le Brexit : « Boris Johnson a tout fait pour conclure un accord avec l’Europe, il le voulait plus que tout ».

Le Commissaire Européen a tenu à souligner le fait que « depuis leur départ de l’Union Européenne les Anglais n’ont eu de cesse de vouloir y revenir ». Il a également rappelé la part et l’importance des échanges entre le Royaume-Uni et l’Europe pour les Britanniques : « 47% de leurs exports et 5% du PIB Britannique, c’est considérable ». Ainsi, le Commissaire Européen au marché intérieur rappelle que « lorsqu’on vend des produits en Europe, on respecte nos règles environnementales, du droit et travail, et nos règles sur les investissements ».

 

A lire aussi

 

Sur le sujet de l’impact sur l’Europe de l’élection de Joe Biden à la tête des Etats-Unis, Thierry Breton a rappelé que « l’Amérique continuera à privilégier les intérêts Américains ». Malgré le fait qu’il a toujours entretenu « de bonnes relations avec l’administration Trump », il reconnaît qu’il sera « sans doute plus aisé de discuter avec la nouvelle administration en train de se constituer autour de Joe Biden ».
Le Commissaire Européen assure qu’il travaille « à une Europe plus forte et autonome, qui doit poursuivre dans sa souveraineté » alors que « la tension va croître entre les Etats-Unis et la Chine ».

Rémi Monti

 

Retrouvez les interviews politiques