Loi séparatisme : selon Michel Onfray les terroristes se moquent des propositions de Gérald Darmanin

Michel Onfray, philosophe et essayiste, était l’invité de Bernard Poirette ce mercredi 30 décembre. Il est revenu sur l’organisation du culte musulman par l’Etat, expliquant notamment que les propositions du gouvernement et du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin n’arrêteront pas les terroristes.

 

Michel Onfray : « l’islam propose aussi un projet de société alternatif, il faut des discussions au sein de l’Etat »

Michel Onfray est revenu sur la loi séparatisme. Il a affirmé que l’organisation du culte musulman par l’Etat était normale car il s’agit d’un sujet politique : « l’islam c’est aussi la charia, ce qui est un projet de société alternatif. Il faut évidemment des discussions au sein de l’Etat ». Il a toutefois précisé que selon lui, « ces propositions n’arrêteront pas les terroristes ».

A lire aussi

 

« La société s’effondre complètement, on est incapable d’assumer nos propres valeurs » a-t-il déclaré. L’essayiste a expliqué que pour comprendre ces problématiques il était important de faire de la théologie, précisant l’existence d’un lignage entre le catholicisme, le judaïsme et l’islam. Selon cette contextualisation est importante et intéressante pour comprendre la société.

 

« Mitterrand était pétainiste » : Michel Onfray fustige l’ancien président

Michel Onfray est ensuite revenu sur la crise du Covid 19, expliquant pourquoi il a soutenu Dider Raoult au début de la crise. Selon lui, l’immunologue était « le seul à dire comment soigner, à donner un cap ». Le philosophe s’est toutefois montré critique envers Didier Raoult : « j’ai été gêné par ses erreurs, il avait tort quand il disait que le coronavirus était une petite grippe ou encore qu’il n’y aurait pas de seconde vague ».

A lire aussi

 

Enfin, il s’est exprimé sur son dernier livre « Vies parallèles – De Gaulle et Mitterrand », sorti aux éditions Laffont, dans lequel il se montre extrêmement critique envers François Mitterrand. « Il n’y a rien à sauver chez lui, il était pétainiste, fréquentait les milieux d’extrême droite » a-t-il fustigé.

Antoine Mouly

Retrouvez les interviews politiques