Le pianiste Camille Taver improvise une composition sur le mot « CORONA »

Les musiciens classiques multiplient les concerts sur internet depuis l’annonce du confinement du pays. C’est au tour de Camille Taver de briller cette fois, avec une amusante improvisation publiée sur Instagram. Le pianiste de 24 ans, multiprimé, a utilisé le mot « corona », comme base pour la composition de son motif musical. 

 

Camille Taver a réussi à passer de « corona » à « do-la-ré-la-sol-la »

Coronavirus. Le mot est dans toutes les bouches mais n’avait pas encore été couché sur une partition. C’est chose faite avec l’initiative de Camille Taver, jeune prodige de l’improvisation issu du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris. Il a posté, il y a quelques heures sur Instagram, une vidéo durant laquelle on le voit chez lui, au piano.

 

A lire aussi

 

« En ces temps de confinement, j’ai trouvé que cela pouvait être sympathique de faire une musique autour du coronavirus« , explique le jeune homme, nœud papillon autour du cou. Pour y parvenir, le pianiste s’est emparé de la nomination anglaise et allemande des notes de musique, qui se base sur l’alphabet latin, pour convertir les lettres C-O-R-O-N-A en une suite de notes. Sa base motivique obtenue, soit DO-LA-RE-LA-SOL-LA, Camille Taver s’est lancé dans une improvisation dont il a le secret.

 

 

Schumann s’était inspiré du mot « Abegg » à l’origine encore incertaine

Ce n’est pas la première fois qu’un compositeur part d’un mot pour en tirer une source d’inspiration musicale. Maurice Ravel mais aussi Robert Schumann se sont déjà essayés à l’exercice. Sont restées célèbres les Variations sur le nom « Abegg » en fa majeur du pianiste allemand, qui a aussi usé de ce procédé pour son Carnaval, Op. 9.

 

A lire aussi

 

Deux hypothèses nourrissent l’origine du mot Abegg. Il pourrait se rapporter au nom de famille d’une amie imaginaire de Robert Schumann, Meta Abegg. Une autre piste invoque Pauline von Abegg, une connaissance de jeunesse du pianiste, qui aurait décidé de lui rendre hommage en lui dédiant un pareil morceau. 

 

Nicolas Gomont