Le froid pourrait être l’ennemi du coronavirus – La Revue de Presse de David Abiker

Un seul quotidien ce matin ne fait pas sa Une sur la crise sanitaire mais sur la baisse des températures. Toutefois, on peut encore y trouver un lien…

 

Le retour du froid serait une mauvaise nouvelle au plan sanitaire

Le Courrier de l’Ouest, dans le Maine-et-Loire, s’est distingué ce matin de l’ensemble de ses confrères. Là-bas, les vignerons se préparent à un autre fléau. Ce n’est pas le coronavirus mais le gel, qui arrive demain. Il va faire si froid que dans les exploitations viticoles du département, on se prépare avec des voiles d’hivernage, des bougies, des bottes de pailles à embraser.

 

A lire aussi

 

Pourquoi je vous parle du temps qu’il fait ? Parce qu’il y a toujours des interrogations sur le niveau des températures et la prolifération du virus. C’est le Parisien-Aujourd’hui en France qui nous en parle ce matin et qui se demande si le retour du froid est une mauvaise nouvelle au plan sanitaire.

 

 

Aucun cas de coronavirus détecté en Sibérie

A priori, c’est le cas puisque les virus sont considérés comme plus stables à basse température, ce qui veut dire qu’il survivent mieux quand il fait froid, explique Le Parisien. Le froid accentue également les problèmes respiratoires, détaille au journal une broncho-pneumologue. Il assèche la muqueuse qui devient plus vulnérable aux virus et nos réponses immunitaires sont alors plus lentes.

 

A lire aussi

 

Mais il n’y a pas de règles, dit pour sa part un expert au quotidien. Il y a des virus qui arrivent quand les températures montent et d’autres, comme les coronavirus, qui semblent ne pas trop aimer le froid. Les russes affirment ainsi qu’il n’y a pas de cas de Covid-19 en Sibérie.

 

David Abiker