Covid 19 : La trompettiste Alison Balsom participe à une étude sur la propagation du virus

La célèbre trompettiste Alison Balsom vient de participer à une étude menée par l’université de Bristol portant sur la transmission du Covid-19 par les instruments à vents, comme le rapportent nos confrères britanniques de Classic FM. Les résultats, qui viennent confirmer plusieurs études sur le sujet, sont rassurants pour les musiciens d’orchestre.

Covid 19 : parler fort est plus risqué que de jouer d’un instrument à vent !

Les chercheurs de l’Université de Bristol ont ainsi constaté que les aérosols produits via les instruments à vents ne sont pas aussi importants que ceux générés par une personne qui parle ou qui chante. L’étude, à laquelle ont participé 9 musiciens, dont la trompettiste britannique Alison Balsom, s’est déroulée dans un espace sans aucune particule d’aérosol pouvant risquer d’interférer avec les mesures. La grande interprète des concertos pour trompette de Haydn et Hummel a joué « Joyeux anniversaire », permettant aux scientifiques de confirmer plusieurs études sur le sujet.

 

A lire aussi

 

De grosses gouttelettes (de moins de 20 microns) n’étaient pas dispersées lorsque les instrumentistes jouaient, alors que c’était le cas pendant le chant ou la toux. Ils en ont même conclu que parler fort était plus risqué que de jouer d’un instrument à vent ! L’an dernier, des études menées en Allemagne et en Autriche avaient déjà montré que le danger de propagation des virus était limité en ce qui concerne les instruments à vent. En Grande-Bretagne, ces conclusions étaient particulièrement attendues par le milieu musical, alors que la totalité des restrictions n’a pas encore été levée. Prévue pour le 21 juin, elle aura finalement lieu le 19 juillet, une date qui sera maintenue, a récemment confirmé le nouveau ministre britannique de la Santé Sajid Javid.

Béatrice Mouedine

Alison Balsom interprétant le 3ème mouvement du Concerto pour trompette de Hummel

 

Retrouvez l’actualité du Classique