Coupe du monde de rugby : Bryn Terfel fait chanter l’équipe du Pays de Galles

Le XV de France va affronter dimanche à Oita l’équipe du Pays de Galles en quarts de finale de la Coupe du monde de rugby. Et s’il est difficile de savoir qui va gagner sur la pelouse, il est un domaine dans lequel les Gallois sont certains de s’imposer c’est dans l’interprétation des hymnes grâce, notamment, à la séance de coaching dont ils ont pu bénéficier avec Sir Bryn Terfel, le célèbre baryton-basse britannique d’origine galloise.

Le chœur gallois de Bryn Terfel

Avec son 1,93 m et ses larges épaules, Bryn Terfel, natif de Pant Glas dans le nord du Pays de Galles et qui a joué n°8 au collège, a le gabarit et l’expérience du rugby qui auraient pu lui permettre de porter le maillot marqué du poireau des dragons rouges mais à 53 ans, c’est sur les scènes des opéras du monde entier qu’il a acquis sa notoriété grâce, notamment, à sa puissante voix de baryron-basse et sa présence « imposante ». On se rappelle son duo avec Roberto Alagna dans « Les pêcheurs de perles » de Bizet. Mais quand on est Gallois, le rugby et le chant ne sont jamais loin. Bryn Terfel avait d’ailleurs chanté avec Shirley Bassey, elle aussi Galloise (comme Tom Jones, John Cale et Bonnie Tyler !), en ouverture de la Coupe du Monde 1999 à Cardiff. C’est donc sans hésitation qu’il a accepté la proposition de l’encadrement de l’équipe de rugby du pays de Galles qui lui a demandé de venir préparer et motiver les joueurs afin qu’ils soient aussi les meilleurs pour interpréter leur hymne et les chants traditionnels entonnés lors de la Coupe du Monde de rugby au Japon.

 

Bryn Terfel demande aux rugbymen gallois de chanter pour leur pays

Le chanteur s’est donc rendu début septembre au camp d’entrainement de l’équipe galloise à Hensol près de Cardiff où il a pu rencontrer les joueurs et leur faire travailler l’interprétation de l’hymne gallois, le fameux « Land of my father » (Hen Wlad fy Nhadau en Gaélique) mais également les chants traditionnels « Calon Lan » et « Lawr ar Lan y Môr » qui sont chantés lors des cérémonies officielles. Au cours de cette répétition, Sir Bryn Terfel, qui était accompagné au piano par le 1/2 d’ouverture Rhys Patchell, a donné des conseils purement techniques au joueurs emmenés par leur capitaine Alun Wyn Jones, désigné chef de chorale pour l’occasion, mais le chanteur leur a surtout demandé de chanter avec plaisir, d’être « happy », et de chanter à l’unisson pour leur pays.

 

Le public japonais a appris les chants gallois

En arrivant à Kitakyūshū, où l’équipe galloise était basée pour les matches de poules, les joueurs gallois ont découvert avec surprise et fierté que leurs hôtes japonais maitrisaient eux aussi leurs chants traditionnels. Plusieurs chorales locales les avaient appris et il a été demandé à la population de la ville de l’île de Kyūshū de faire de même.

Le XV de France sait donc à quoi il peut s’attendre dimanche au moment de l’hymne gallois qui pourrait être repris par une grande partie du public. L’initiative galloise pourrait peut-être même donner l’idée à l’encadrement français de faire appel à un professionnel pour faire travailler les voix des joueurs tricolores. Et pourquoi ne pas solliciter Omar Hasan, l’ancien pilier des Pumas argentins (64 sélections), désormais chanteur lyrique professionnel (baryton), qui réside en France après avoir joué à Auch, Agen et Toulouse ?

 

Philippe Gault

 

Retrouvez plus d’articles d’actualité