Leia Zhu, violoniste de 12 ans et demi et déjà grande professionnelle

Alors qu’elle fêtera ses 13 ans en octobre, la violoniste britannique d’origine chinoise, qui se produit sur scène depuis l’âge de 4 ans, est devenue la plus jeune instrumentiste à intégrer Harrison Parrott, la célèbre agence artistique spécialisée dans la musique classique.

Leia Zhu, une violoniste très précoce

Née à Newcastle en 2006, Leia Zhu commence à pratiquer son instrument dès l’âge de 3 ans. Sa maman,Yanhong Bi raconte : « Elle essayait de reproduire sur le violon-jouet, que lui avait offert sa grand-mère, des airs qu’elle entendait. Nous avons alors commencé à chercher un professeur pour lui permettre de progresser mais ce fut un vrai problème car aucun n’avait travaillé avec une élève aussi jeune ». Très vite, à 4 ans, elle fait ses débuts en solo dans un spectacle de musique classique à l’hôtel de ville de Newcastle. Par la suite, la jeune prodige fréquente l’école supérieure de musique et d’art dramatique Guildhall à Londres. Elle suit également des cours de violon auprès d’Itzhak Rashkovsky au Royal College of Music et participe aux master classes du violoniste russe Zakhar Bron dans son académie suisse à Interlaken. Tout en poursuivant sa scolarité, le plus souvent par correspondance, la jeune fille se produit depuis 8 ans dans de grandes salles de concert à travers l’Europe, notamment le Royal Festival Hall, le Barbican Centre et le Milton Court à Londres, le Bozar à Bruxelles, le Mozarteum Grosser Saal à Salzbourg, le KKL à Lucerne, la Philharmonie de Berlin, le Tchaikovsky Concert Hall de Moscou et le Théâtre Mariinsky à Saint-Pétersbourg. 2019 marque le véritable décollage de sa carrière avec une tournée de 2 semaines dans six villes d’Israël avec l’ensemble des solistes de Tel Aviv. Elle a également fait cette année des tournées en Suisse, en Allemagne avec l’orchestre de chambre Lucerne Festival Strings, et en Espagne avec le Classical Concert Chamber Orchestra. Une précocité qui l’a conduite à se présenter à de nombreux concours pour jeunes musiciens dans lesquels elle multiplie les distinctions dès l’âge de 7 ans. Citons entre autres, le Concorso Internazionale di Musica Euterpe en Italie, le Concours international Young Virtuosos à Sofia ou le Concours international Casse-Noisette pour jeunes interprètes (-14 ans) à Moscou.

Leia Zhu jeune violoniste connectée

Les médias se sont très vite intéressés à la jeune prodige et on peut facilement trouver sur internet des vidéos de ses représentations lorsqu’elle était toute jeune mais, depuis trois ans, cette jeune fille, bien ancrée dans son époque, se raconte dans des vidéos qu’elle produit et diffuse elle-même, notamment sur les réseau sociaux dont elle est une grande « consommatrice », ainsi que sur les plateformes vidéos sur lesquelles elle est très suivie par des admirateurs du monde entier. Une renommée qui ne semble pas lui avoir encore tourné la tête car la musique reste avant tout pour elle une passion et un plaisir comme elle le déclarait récemment au Jerusalem Post : « C’est amusant de jouer. La difficulté de faire de la musique n’est pas la musique elle-même, mais bien les progrès que vous faites, le désir d’être meilleur, la volonté d’atteindre ses objectifs et puis il y a surtout le plaisir que vous partagez avec votre public. C’est tellement bon de faire de la musique. À chaque fois, c’est différent ». En signant son 1ercontrat avec Harrison Parrott, Leia Zhu rejoint les grands noms de l’agence artistique britannique tels que la chanteuse Jamie Barton, le pianiste Maurizio Pollini, les chefs d’orchestre Lawrence Foster et Kent Nagano, le harpiste français Xavier de Maistre ou Gautier Capuçon, violoncelliste et… animateur sur Radio Classique.

 

Philippe Gault

Retrouvez plus d’articles d’actualité