Une promenade Yehudi Menuhin à Paris

La mairie de Paris a inauguré ce mardi 1er octobre à Paris, dans le 7e arrondissement, en face de l’Unesco, une Promenade Yehudi Menuhin en hommage au grand violoniste et chef d’orchestre disparu il y à 20 ans.

Paris choisit un lieu symbolique pour rendre hommage à Yehudi Menuhin

C’est au mois de mars dernier qu’Anne Hidalgo a entériné cette décision du Conseil de Paris. La maire de Paris qui déclarait à cette occasion : « Yehudi Menuhin reste à ce jour l’un des plus grands virtuoses du monde et fut connu pour ses engagements en faveur de la paix, de la pédagogie et de l’ouverture au autres ». La Promenade Yehudi Menuhin prend place le long d’une emprise en contre-allée de l’avenue de Lowendal, commençant place de Fontenoy-Unesco et finissant avenue de Suffren. Une localisation symbolique à double titre car le violoniste marqua l’histoire de l’Unesco (dont le siège est situé Place Fontenoy) dont il présida Conseil International de la Musique de 1969 à 1975 et dont il fut nommé ambassadeur de bonne volonté en 1992. Et puis, à quelques dizaines de mètres de l’école militaire, où le capitaine Dreyfus fut publiquement dégradé par le général Darras en janvier 1895. Un symbole fort quand on connaît l’engament de Yehudi Menuhin pour le rapprochement des peuples, au-delà des origines et des religions, lui dont les parents juifs-russes émigrèrent en Palestine puis à New York où il naquit en 1916. 

 

Yehudi Menuhin et Paris, une longue histoire d’amour

Même s’il vécut la plus grande partie de sa vie à Londres, où il créa en 1963 une école de musique qui porte son nom, Yehudi Menuhin fit un premier séjour à Paris à l’âge en 1927, pour suivre les cours du célèbre musicien roumain Georges Enesco et même se produire, pour la 1ère fois sur scène, comme premier violon lors d’une représentation de l’orchestre des concerts Lamoureux sous la direction de Paul Paray, alors qu’il n’a que 10 ans. Trois ans plus tard, avec ses parents et ses soeurs cadettes Hephzibah et Yaltah, elles aussi musiciennes, il s’installe en région parisienne, plus précisément à Ville d’Avray. La famille Menuhin séjournera pendant 5 ans dans cette commune des Hauts de Seine (qui organise un festival Menuhin depuis 2016, année du 100e anniversaire de sa naissance) où il fera connaissance de Boris Vian et du biologiste Jean Rostand qui deviendront ses premiers grands amis français et firent découvrir à l’adolescent la vie parisienne. Au cours d’une carrière qui l’amena à se produire dans toutes les plus grandes salles de concert du monde, Yehudi Menuhin reviendra régulièrement à Paris, pour jouer et diriger, mais également pour enseigner, par exemple lors de Masterclass organisées au Conservatoire de Paris, pour présider le Conseil International de la Musique de l’Unesco et même créer, en 1980, la « Fondation Yehudi Menuhin ». Et c’est toujours à Paris qu’Il fut le 1er musicien nommé docteur honoris causa de l’université de la Sorbonne en 1976 et où il recevra le titre de Grand Officier de la Légion d’Honneur en 1986 puis celui de chevalier de l’ordre National du mérite en 1987.

Paris n’est pas la 1ère municipalité française à donner son nom à une voie. D’autres villes comme Montpellier (34), Niort (79) ou Nouvoitu (35), entre autres, ont leur rue Yehudi Menuhin. En Roumanie, le mémorial Georges Unesco à Sinaia est situé rue Yehudi Menuhin et en Suisse, entre la chapelle de Gstaad et l’église de Saanen (où il créa un Festival en 1957), a été tracé un « chemin philosophique Yehudi Menuhin », au long duquel les promeneurs peuvent découvrir 12 panneaux de citations Yehudi Menuhin. En revanche, toujours rien à Londres où il vécu le plus longtemps.

Philippe Gault 

Retrouvez plus d’articles d’actualité