Consécration : Le musée Grévin inaugure la statue de cire de Philippe Jaroussky

Vingt ans après avoir fait ses débuts en concert à Paris sur la scène du Théâtre Grévin, Le contre-ténor est revenu au musée du boulevard Montmartre, le 13 novembre, pour la présentation au public de son double de cire.

 

C’est un automne magnifique qu’est en train de vivre Philippe Jaroussky.

 

Il vient à peine de terminer sa première série d’apparitions sur la scène de la Scala de Milan (dans le rôle de Sestro Pompéo du Giuilo Cesare de Georg Friedrich Haendel, l’anthologie « Passion Jaroussky » est sortie chez Erato fin octobre. 3 CD qui retracent 20 ans d’une carrière commencée à Paris le 14 novembre 1999 sur la scène du Théâtre Grévin où le producteur Philippe Maillard lui avait proposé de chanter des airs de Serse et Ariodante, déjà de GF Haendel. Et c’est encore au 10 boulevard Montmartre que le contre-ténor a inauguré ce mercredi 13 novembre son double de cire. Une cérémonie chaleureuse, ponctuée d’un discours très touchant d’Ève Ruggiéri, membre du Comité Grévin, et au cours de laquelle Franck Riester, le ministre de la culture, a fait Philippe Jaroussky officier dans l’ordre des Arts et des Lettres.

 

 

 

Un duo virtuel avec Cecilia Bartoli

La statue de Philippe Jaroussky doit côtoyer celle de Cecilia Bartoli qu’il avait découverte lors de son inauguration en juin 2011. Une cohabitation qui l’enchante: « Ce serait bien que je lui donne la réplique, corporellement (…) Ça fait vraiment sens. J’aime beaucoup l’idée qu’on nous mettre l’un a côté de l’autre et, finalement, de presque chanter un duo virtuel avec Cecilia sur la scène du théâtre Grévin ». Outre celle de la diva italienne, la statue de cire du chanteur rejoint celles d’autres grands noms de l’art lyrique comme Maria Callas, Roberto Alagna ou Luciano Pavarotti et de la musique classique tels Mozart, Lully, Rostropovitch et le pianiste Lang-Lang (en 2017). Début 2020, c’est le violoniste Renaud Capuçon qui aura droit à son double de cire au Musée Grévin.

 

Philippe Gault

 

Retrouvez plus d’articles d’actualité