Nouveauté: Une Cecilia Bartoli au poil

La mezzo-soprano italienne n’en est pas à sa première « provocation ». On l’avait déjà vue quasi-statufiée sur la pochette de son album Sacrificium en 2009 et même crâne rasé, brandissant un crucifix, sur la photo qui illustrait le disque Mission en 2016. Cette fois-ci c’est barbue et moustachue, telle une Conchita Wurst « fluide », qu’on la découvrira en novembre en couverture de l’album qu’elle consacre à Farinelli. 

Un look poilu qui n’est pas inédit puisqu’on avait déjà vu Cecilia Bartoli ainsi grimée lors des représentations d’Ariodante à Salzbourg en 2017 puis à Monte-Carlo.

Cette fois-ci c’est pour rendre hommage à Farinelli, le plus célèbre castrat du XVIIIè siècle, qu’elle a décidé de porter barbe et moustache sur la pochette d’un album qui lui est intégralement consacré. Au programme, des airs du frère aîné de Farinelli, Riccardo Broschi, et de son professeur et mentor, Nicola Porpora. Un nouvel enregistrement de « Alto Giove » du Polifemo de Nicola Porpora, dans lequel on imagine qu’elle rend hommage à la capacité unique de Farinelli à chanter de longues phrases musicales et de pousser des notes exceptionnelles. Cecilia Bartoli joue avec l’ensemble d’époque Il Giardino Armonico dirigé par Giovanni Antonini, avec lequel elle a déjà collaboré, une première fois avec son album Sacrificium, qui célébrait déjà les castrats napolitains du baroque et, en 2018, pour son disque hommage à Vivaldi (2 albums récompensés aux Grammy Awards).

Cecilia Bartoli assume ce choix

Avec ce nouvel album, Cecilia Bartoli souhaite mettre en lumière la musique de l’un des plus célèbres noms de l’opéra et remettre à leur place quelques-unes des idées reçues qui entourent le sexe et le genre dans l’histoire de la musique. D’où cette photo choc sur la pochette de l’album. Un choix parfaitement assumé par la chanteuse italienne qui veut repousser les limites en jouant avec la présentation et la perception du genre: « Ce n’est pas un hasard si j’ai eu l’idée d’explorer l’art des grands castrats maintenant, à un moment où les atteintes à l’intégrité physique des artistes sont si souvent d’actualité. Cette situation doit être mise en évidence à travers différents points de vue, sans négliger le terrible contexte historique ». Un argument qui sera certainement nécessaire pour rassurer certains de ses admirateurs que la photo en question laisse perplexes. À partir du 23 novembre, Cecilia Bartoli entamera à Baden-Baden une tournée européenne, dans laquelle elle interprétera évidemment les airs de son Farinelli, avec l’ensemble baroque Les Musiciens du Prince-Monaco dont elle assure la direction artistique.

Les titres du Farinelli de Cecilia Bartoli

“Nell’Attendere Mio Bene” du Polifemo de Porpora

.”Vaghi Amori, Grazie Amate” de La Festa d’Imeneo de Porpora

“Morte Col Fiero Aspetto” de Marc Antoine et Cleopatre de Hasse

“Lontan… Lusingato Dalla Speme” de Polifemo de Porpora

“Chi Non Sente Al Mio Dolore” de La Merope de Broschi

“Come Nave In Ria Tempesta” de la Semiramide Regina Dell’Assiria de Porpora

“Mancare O Dio Mi Sento” du Adriano In Siria de Giacomelli

“Si, Traditor Tu Sei”  de La Merope de Broschi

“Questi Al Cor Finora Ignoti” de La Morte d’Abel de Caldara

“Signor La Tua Speranza… A Dio Trono, Impero A Dio” de Marc Antoine et Cleopatre de Hasse

“Alto Giove” de Polifemo de Porpora

Philippe Gault

Retrouvez l’actualité du Classique