Confinement : Ces applications qui vont sauver votre vie sociale – La Revue de Presse de David Abiker

Les journaux nous parlent des nouvelles technologies ce matin, et plus particulièrement de leur immixtion dans la crise sanitaire. Si elles peuvent détruire notre intimité, en exploitant nos données, elles devraient aussi doper notre vie sociale.

 

L’heure est à « la revanche des réseaux sociaux »

« Big Brother peut-il nous sauver ? », se demande l’Obs. Autrement dit, faut-il que nos smartphones servent d’indicateurs au gouvernement et aux autorités de santé pour géo-localiser, surveiller ceux d’entre nous qui sont contaminés, pour les dissuader de se mélanger au reste de la population ? On lira pour s’en convaincre la tribune publiée hier par Stéphane Richard dans Le Monde.

 

A lire aussi

 

Le PDG d’Orange plaide pour un usage raisonné, limité et respectueux des libertés de chacun, en se servant de nos fameuses datas. Evidemment, pas question de faire comme les Asiatiques, car le traçage de données n’est pas dans la culture française, explique Christophe Castaner à l’Obs. Certes, mais selon Denis Salas, magistrat et président de l’Association française pour la justice, il ne faudra pas céder à la tentation d’une surveillance généralisée.

 

 

Et cela va être compliqué, parce qu’on sème toutes nos données personnelles via nos portables sur internet. C’est ce que Le Parisien appelle ce matin : « La revanche des réseaux sociaux ».

 

Le besoin d’être « seul ensemble »

Les Français redécouvrent en masse les usages positifs des outils de communication numérique. Le journal, qui nous présente 5 applications pour garder le contact et organiser une raclette virtuelle ou un apéro-party. Dans la liste, WhatsApp, évidemment, pour s’envoyer des messages, des blagues, bref, un sourire.

 

A lire aussi

 

Houseparty, qui propose de se retrouver à plusieurs pour discuter ou préparer un exposé et qui plait beaucoup aux ados. Zoom, déjà utilisée par les usagers des visio-conférences et qui permet de boire un verre le soir avec les amis qui sont loin. Plato, une plateforme de jeu en réseau ou encore Discord pour les gamers, les dingues de jeux-vidéo.

 

 

A quoi sert tout ca ? Réponse de Pascal Lardellier, professeur en sciences de la communication : « ce seront les bons souvenirs de la crise ». Car on est « seul ensemble », dit-il. Ce confinement produit un énorme désir de parler à cause du stress. Pour satisfaire ce besoin-là, les réseaux sociaux sont providentiels.

 

David Abiker