Bradley Cooper méconnaissable en Leonard Bernstein

© Netflix

Les 1ères photos de Maestro, le deuxième film réalisé par Bradley Cooper et produit par Netflix, commencent à circuler. On y découvre le réalisateur et acteur américain méconnaissable mais très ressemblant à Léonard Bernstein auquel le long métrage, qui sortira courant 2023, est consacré.

Maestro raconte 30 ans de la vie de Leonard Bernstein

Sur les quelques photos que Netflix fait circuler, alors que le film est toujours en tournage, on peut admirer le travail des équipes de maquillage qui ont permis à Bradley Cooper de ressembler à Leonard Bernstein jeune homme mais également à un âge avancé. Il est vrai que le film Maestro, le 2réalisé par Bradley Cooper, 4 ans après A Star is born couronné par les plus grandes récompenses du cinéma mondial, relate 30 ans de la vie du grand compositeur américain.

A lire aussi

 

Ce biopic consacré à Leonard Bernstein revient essentiellement sur la période pendant laquelle il vécut avec sa femme et mère de ses 3 enfants Felicia Montealegre (rôle joué par Carey Mulligan) avant de la quitter pour vivre son homosexualité puis revenir à la fin des années 70 s’occuper d’elle alors qu’elle est atteinte d’un cancer. Un scénario approuvé par la famille du pianiste, chef d’orchestre et compositeur dont les enfants ont participé à l’écriture.

Steven Spielberg devait initialement réaliser le film

Concernant la « transformation » de Bradley Cooper, Scott Stuber, responsable des films mondiaux chez Netflix, a déclaré au magazine Variety « nous avons beaucoup travaillé sur le maquillage mais nous avons également beaucoup travaillé sur la voix et la gestuelle. Je suis ravi de voir quelqu’un si profondément concentré sur la création d’une histoire qui compte tant pour lui ». Il faut rappeler qu’initialement c’est Steven Spielberg, à qui on doit le récent remake de West side story, qui devait réaliser le biopic sur Bernstein mais que Bradley Cooper, passionné par la direction d’orchestre et auréolé du succès de A star is born, l’avait convaincu de lui en confier la réalisation.

Philippe Gault

 

Retrouvez l’actualité du Classique