Black Friday : faut-il boycotter cet événement commercial ?

La 6e édition du Black Friday, journée de promotions importée des États-Unis, se tient cette année ce vendredi 29 novembre. Des associations se mobilisent contre cet événement commercial.

 

Qui sont les ennemis du Black Friday ?

Il faut bien comprendre qui sont les ennemis du Black Friday. Ce sont avant tout des apôtres de la décroissance. Ce sont des gens qui sont contre la consommation en général et contre cette opération marketing en particulier. Et il y a aussi dans ce mouvement anti Black Friday un côté anti-Américain parce que en plus cet événement horrible a été inventé par les pires défenseurs de la société de consommation à outrance. Personnellement je pense que les députés qui ont voté un amendement qui propose de jeter deux ans en prison ceux qui défendent le Black Friday ne vont pas assez loin. Si on veut vraiment impacter nos habitudes de consommation, c’est Noël qu’il faudrait interdire.

 

 

En même temps, c’est vrai que nous consommons trop ?

Déjà il ne faut pas perdre de vue que la consommation c’est aussi de la croissance et que la croissance c’est ce qui tire nos économies. C’est imparfait mais sans croissance on fige une société. On ne m’a encore jamais expliqué comment on pouvait éviter que décroissance ne rime pas avec paupérisation. Ceci dit, c’est vrai qu’on a tous dans nos placards une chemise qu’on a jamais mis ou un livre qu’on ne lira jamais. On mange aussi parfois trop de gâteau alors qu’on a plus faim ou on fait la grasse matinée alors qu’on devrait aller travailler. On fait des choses qu’on ne devrait pas faire mais je ne vois pas pourquoi ce serait à l’Etat ou aux autres de nous dire comment on doit se comporter à chaque instant. C’est infantilisant et certains passent leur temps à nous faire peur.

 

 

Mais la consommation a tout de même un impact négatif sur la planète ?

C’est indéniable, s’il l’homme n’existait pas. Si on ne consommait pas, tout irait mieux pour la planète. Mais déjà il ne faut pas surestimer l’impact du Black Friday car ça ne nous fait pas consommer plus. Ça nous fait consommer plus tôt. C’est devenu une sorte de pré-solde. Ce sont les bonnes affaires pour faire ses courses de Noël. Mais on ne va pas s’acheter deux fois plus d’iphone, de vélos ou de playstation à cause de Black Friday. Ça a juste déplacer la bosse de la consommation. C’est devenu la période la plus importante de l’année pour le shopping. Et plutôt que nous culpabiliser, on ferait mieux de favoriser les bonnes pratiques, de verdir les livraisons ou les emballages. De favoriser les ventes d’occasion. Mais en fait c’est déjà ce qu’on est en train de faire… En France on est les bons élèves et on veut nous faire passer pour des cancres qu’il faudrait punir.

 

David Barroux

 

Plus d’articles sur le décryptage économique de David Barroux