Attribution de la 5G : Le gouvernement fixe un prix minimal de 2.17 milliards d’euros

On attendait que le gouvernement donne le prix plancher pour la vente aux enchères des fréquences hertziennes que les opérateurs vont devoir acquérir pour lancer ce nouveau service de télécommunications mobiles à très haut débit et avec beaucoup de capacité. Et bien c’est fait.

 

5G : L’Etat va céder cette ressource rare en mars prochain pour au moins 2,17 milliards d’euros.

C’est un prix plancher. Ca veut dire que si les enchères flambent, si les opérateur se battent pour acquérir un maximum de fréquences, cela pourrait rapporter beaucoup plus.

 

 

5G : Comment le gouvernement a fixé ce prix plancher ?

Le gouvernement et l’Arcep, le gendarme des télécoms, ont cherché une forme d’équilibre. Il faut d’un côté ne pas brader le patrimoine public. Il faut remplir les caisses de l’Etat. Et de l’autre, on sait que si les opérateurs payent beaucoup trop pour les fréquences cela peut avoir des conséquences négatives. Ils risquent de manquer de ressources pour investir dans le déploiement des réseaux. Et si les opérateurs cassent trop leur tirelire, les prix pourraient aussi être très élevés. On aurait une 5G réservée aux riches dans les villes. Or, la 5G c’est comme une autoroute, c’est une infrastructure essentielle dont ont besoin toutes les entreprises pratiquement partout en France.

 

 

Est-ce que selon vous la solution retenue pour la vente aux enchères est équilibrée ?

Pour être sûr que tous les opérateurs puissent acquérir un minimum de fréquences sans se ruiner, le gouvernement va leur vendre pour 350 millions un bloc de 50 MHZ à chacun. Ensuite, il y aura des enchères pour les 110 MHZ restant. Chaque bloc de 10MHZ sera vendu au moins 70 millions… Comme 50 MHZ ce n’est pas tout à fait assez suffisant, les enchères devraient flamber pour les premiers blocs. Et sur la fin, les enchères se calmeront sans doute un peu car quand Free et Bouygues, les petits, auront les fréquences dont ils ont besoin, ils arrêteront de surenchérir. Les enchères s’annoncent quand même serrées car celui qui dépensera plus aura peut-être beaucoup plus de fréquences que les autres. Il aura de plus gros tuyaux. Il pourra donc accueillir plus de clients ou lancer plus de services.

 

David Barroux

 

Plus d’articles sur le décryptage économique de David Barroux