Berlioz : 4 choses que vous ne savez sûrement pas de lui…

Rien n’est plus pareil après Berlioz. Il a révolutionné la musique. Vous connaissez son nom et quelques-unes de ses œuvres. Mais savez-vous que…

 

Berlioz était journaliste.

Berlioz a longtemps écrit dans le Journal des Débats, de 1835 à 1863. Il y publiait des critiques de concert, des compte-rendu de voyage, des billets d’humeur. Ses remarques font souvent preuve d’un humour mordant, ce qui les rend très drôles à lire encore aujourd’hui. D’autant qu’elles sont aussi une mine d’informations sur la vie musicale de son époque.

 

 

On entend la “Marche hongroise” de La Damnation de Faust dans le film La Grande Vadrouille.

Dans le film de Gérard Oury La Grande Vadrouille, Louis de Funès joue le rôle du chef d’orchestre de l’Opéra de Paris. La première scène où il apparaît est une répétition de La Damnation de Faust de Berlioz. On entend donc l’orchestre jouer la Marche hongroise – avec deux bassonistes très dissipés – et on voit les chanteurs en costume attendre dans la salle.

 

Regardez : Louis de Funès chef d’orchestre dans La Grande Vadrouille

 

Berlioz composait sans piano.

Les compositeurs de son époque étaient d’excellents pianistes. Mais pas Berlioz. Il jouait de la flûte et de la guitare. Cela explique pourquoi il n’a presque pas écrit de musique pour piano. Il ne s’aidait pas non plus du clavier pour composer ses œuvres pour orchestre, comme Beethoven ou Brahms. Sa manière d’utiliser les instruments est donc différente, ce qui constitue une difficulté supplémentaire pour les chefs d’orchestre !

 

Harold en Italie est un chef-d’œuvre, mais le violoniste virtuose Paganini a refusé la partition que Berlioz avait écrite pour lui.

Paganini avait passé commande à Berlioz d’un concerto pour alto, dont il jouait aussi bien que du violon. A l’époque, un concerto met toujours en valeur la virtuosité du soliste alors que l’orchestre n’a qu’un rôle d’accompagnement. Paganini est donc furieux quand ils se rend compte que Berlioz a inversé les rôles ! L’œuvre est créée par quelqu’un d’autre, puis Paganini révise son jugement et verse 20 000 francs à Berlioz… ce qui lui permettra d’écrire Roméo et Juliette !

 

Sixtine de Gournay

 

Plus de compositeurs